Berchem-Sainte-Agathe 1082

" Les Trempettes de Bruxelles ", le snack apéro bruxellois sans brol ajouté

Christophe et Kévin — deux amis bruxellois — proposent une alternative saine et locale pour l’apéro : des tapenades réalisées à partir de légumes de saison. Pour le moment, 5 recettes sont commercialisées dans plusieurs points de vente à Bruxelles et en Wallonie.

L’apéro, c’est sacré en Belgique. Pour accompagner les boissons (non) alcoolisées, le choix est d’ailleurs toujours plus important dans les rayons des supermarchés : les traditionnels chips, saucissons, cacahuètes et pistaches sont rejoints par des préparations comme du houmous, du guacamole, de la sauce salsa ou du caviar d’aubergine.

Problème : ces produits sont exportés de très loin… Kevin Matthys et Christophe Juchtmans — deux amis bruxellois — ont alors cherché à créer une alternative locale, certifiée bio, saine et à faibles calories pour l’apéro. " Les Trempettes de Bruxelles " sont ainsi nées !

En 2019, ils ont conçu et lancé officiellement ces tapenades de légumes variés où vous pouvez tremper des grisinis, des chips, des toasts ou même vos doigts ! " Puis, ces tapenades peuvent être utilisées pour agrémenter une vinaigrette, un sandwich ou une sauce pour les pâtes " complète Kévin.

5 recettes pas toujours disponibles

Actuellement, le duo commercialise 5 recettes avec des ingrédients issus de l’agriculture biologique : carotte, panais, courgette/épinard, butternut ou betterave rouge. "Dans ces recettes, nous mettons l’accent sur un pourcentage élevé de légumes. Une nette différence par rapport aux produits souvent très gras de l’apéro… Puis nous voulions valoriser des légumes classiques et accessibles, tout en mettant en lumière des légumes d’antan, moins connus de chez nous comme le panais. "

Comme les légumes sont de saison, toutes les recettes ne sont pas disponibles en permanence. Kevin et Christophe ont donc choisi des variétés assez espacées dans le calendrier des récoltes pour proposer plusieurs recettes toute l’année. "Quant à la conservation, nous utilisons la pasteurisation. Par ce procédé, nous pouvons conserver les produits plusieurs mois sans altérer leur goût."

Au départ, Kevin et Christophe réalisaient leurs tapenades dans une cuisine partagée. "C’était pratique pour tester et faire connaître nos produits, mais il n’était pas possible de faire des productions en des grosses quantités. " Aujourd’hui, ils réalisent 1.000 bocaux par semaine et travaillent avec un atelier anderlechtois d’une entreprise de travail adapté — c’est-à-dire une entreprise d’économie sociale qui a pour objectif l’insertion des personnes handicapées. Pour les matières premières, ils collaborent surtout avec des coopératives locales dont la principale se situe dans le Hainaut.

Une histoire d’amitié

" Comme Devos & Lemens, Jules & Destrooper ou Marc & Colini, il faut croire que les concepts d’exception se créent toujours à deux. Pour les Trempettes c’est pareil." C’est de cette manière humoristique que Christophe et Kévin aiment se présenter !

Amis depuis près de vingt-cinq ans, ils se sont rencontrés sur les bancs d’une école secondaire bruxelloise. Après avoir emprunté des chemins professionnels différents, les deux copains ont finalement décidé de collaborer autour d’un projet commun. " Nous sommes assez complémentaires. Moi par ma formation commerciale et mon expérience dans le milieu associatif, Christophe par sa créativité et sa passion pour la nourriture. " détaille Kévin.

Quant au nom du produit, les deux créateurs revendiquent leur belgitude ! " Les Trempettes parce… que je trempe, tu trempes, nous trempons… le spéculoos dans le verre de lait, la tartine dans le café, la frite dans la mayo, ce geste est dans les gênes! Et de Bruxelles... parce qu’on est belges, bruxellois, et fiers de l’être ! "

Des collaborations avec le secteur Horeca

Le projet des Trempettes ne s’adresse pas uniquement aux particuliers. Kevin et Christophe avaient en effet entrepris des collaborations avec le secteur Horeca avant le début de la crise sanitaire. " On trouve que les Trempettes constituent un produit intéressant pour les bars et les restaurants. Elles permettent notamment de diversifier leur carte à côté des traditionnelles planches de dégustation avec du fromage ou du saucisson. Puis cela correspond à notre idée de départ : nous avons conçu les Trempettes comme un produit à partager… " Une collaboration mise à mal par le Covid-19 et la fermeture des établissements.

Pendant ces derniers mois, les deux amis se sont donc principalement consacrés à la vente en ligne et dans les établissements partenaires — des épiceries fines, des magasins bios ou des spécialistes de produits belges avec qui ils partagent des valeurs écoresponsables. " On ne cherche pas à rentrer dans la grande distribution. " précise Kévin.

En outre, les deux amis travaillent aujourd’hui sur d’autres recettes — dont une à l’aubergine prévue pour l’été — et comptent bien développer des box apéritives avec leurs Trempettes de Bruxelles et des boissons. À suivre donc !

Plus d’informations sur le site internet des Trempettes.

Maxime Maillet

Où trouver les Trempettes de Bruxelles?