Enghien 7850

Vous êtes végé ? Voici les recommandations du Conseil supérieur de la santé

"Je suis végé" : derrière cette phrase, se cachent différentes pratiques alimentaires. Dans la famille "végé", il y a les "semi-végétariens" ou "flexitariens", qui consomment occasionnellement de la viande, de la volaille et du poisson, par exemple ; les "pesco-végétariens", qui ont gardé les produits de la mer ; les "olvo-végétariens", pour qui seuls les œufs viennent encore de l’animal… Tous les goûts sont dans la nature, jusqu’au "végan" ou "végétalien", qui supprime tous les aliments issus du règne animal.

Mais y a-t-il des risques associés à ces modes alimentaires, comme des carences nutritionnelles, ou une surexposition à des substances toxiques ? La réponse est sans doute au milieu de l’assiette, ni tout légume ni tout viande : le Conseil supérieur de la Santé (CSS) a formulé des recommandations fondées sur les dernières connaissances scientifiques. Suivez le guide du vegé en bonne santé : "Plus une alimentation est restreinte, plus le risque de déficit est important", explique le Dr Brasseur, pédiatre et expert au Conseil supérieur de la Santé. Plus une personne a des besoins nutritionnels importants en fonction des âges de la vie, plus une alimentation diversifiée est importante. Le régime végétarien est compatible avec une couverture nutritionnelle adéquate, mais je dirais n’hésitez pas à vous faire conseiller par une diététicienne, surtout en cas de grossesse ou autre."

Bébé ? Pas végan

Le régime végan est le plus restrictif, puisque tout ce qui vient du règne animal est banni. Ce régime n’est pas recommandé aux femmes enceintes ou allaitantes, ni aux nourrissons et aux enfants en bas âge. En effet, une bonne partie de l’énergie et des nutriments ingérés par la mère sont consacrés au développement du fœtus, et celui-ci a besoin de protéines. Une alimentation carencée peut induire un retard physique ou intellectuel qui pourrait ne plus être comblé.

De même, les boissons végétales (faussement appelées "lait" de riz, de soja, d’amande, de châtaigne etc.) n’ont pas leur place, disent les experts de la santé, dans l’alimentation du nourrisson et de l’enfant en bas âge. Elles sont trop pauvres en nutriment essentiel

Pour les femmes enceintes végétariennes, la prise d’un complément en vitamine B12 est recommandée. Tous régimes confondus, il est conseillé également de prendre des compléments alimentaires en vitamine D, fer, zinc et folates.

Que surveiller ?

- Les protéines : leur qualité biologique est moindre dans les végétaux. Le Conseil supérieur de la Santé recommande donc de combiner les sources de protéines (laitages, œufs, légumineuses, fruits à coque, graines…) ;

- Les acides gras oméga-3 EPA et DHA : ne pas consommer de poisson, de fruits de mer et d’œufs entraîne un apport moindre. Pour y remédier, il faut consommer des œufs enrichis en oméga-3 (si on est ovo-végétarien) ; il est aussi possible de consommer des huiles riches en LNA (comme l’huile de lin, de colza, de noix), car au départ de cet acide gras, l’organisme pourra synthétiser les acides gras ;

- Le calcium et la vitamine D : cela ne devrait pas vous poser de souci si vous êtes lacto- (ovo) végétarien et que vous consommez des produits laitiers régulièrement. Celles et ceux qui ne consomment pas de produits laitiers doivent veiller à manger des légumes et des fruits oléagineux riches en calcium, de l’eau riche en calcium, des produits enrichis. En Belgique, on manque de soleil, et notre corps manque de vitamine D. Les végans doivent penser à prendre des compléments alimentaires de vitamine D ;

- Vitamine B12 : on ne la trouve que dans les aliments d’origine animale. Les végans seront donc carencés et pour le CSS, il est indispensable de consommer des aliments enrichis et / ou des compléments alimentaires ;

- Le zinc : on en trouve plus dans les produits d’origine animale que végétale : pour compenser cela, les personnes qui ne consomment pas de viande, ni de poisson ni d’œufs, peuvent en trouver dans les céréales complètes, les légumineuses, les fruits à coque et les graines oléagineuses ;

- L’iode : on en trouve dans le pain préparé avec du sel iodé, et dans le sel de table iodé. Les algues ne sont pas considérées comme source fiable en raison des substances indésirables qui s’y retrouvent inévitablement (métaux lourds).

Gare aux excès

Dans l’alimentation végétarienne, il peut y avoir des substances indésirables, comme des résidus de substances phytopharmaceutiques. Les grands consommateurs de fruits et légumes sont invités à privilégier les végétaux issus de l’agriculture biologique ou non pulvériser, de les laver soigneusement et de les éplucher. Il y a aussi des substances indésirables naturelles, qui en excès, peuvent être potentiellement négatives. En conclusion, dit le Conseil supérieur de la Santé, une alimentation végétarienne "peut répondre à vos besoins, à condition qu’elle soit suffisamment variée".

L’avis complet et détaillé du Conseil supérieur de la santé est disponible ici.

Retrouvez l'article original sur RTBF