Estaimpuis 7730

Vigilance concernant les chenilles processionnaires du chêne

Comme son nom l’indique, la chenille processionnaire du chêne migre et se déplace en files indiennes (procession). Elle se nourrit pour l’essentiel de feuilles de chêne si bien qu’on ne la rencontre quasiment que sur cet arbre. De mai à juillet, les chenilles y tissent des amas soyeux grisonnants, sur le tronc ou sous de grosses branches, duquel partent des fils qu’elles suivent jusqu’aux ramures et aux feuilles. Les papillons éclosent en juillet-aout et peuvent propager l’espèce jusqu’à une vingtaine de km du nid.

 

Risque pour la santé humaine et animale

La vigilance reste de mise car les chenilles processionnaires du chêne constituent un danger pour l’Homme, pour les animaux et pour le bétail. En effet, lorsqu’elles se sentent menacées, ces chenilles expulsent des centaines de milliers de poils microscopiques (0,2 – 0,3 mm) avec un fort pouvoir urticant. Ces petits poils crochus, invisibles à l’œil nu, agissent comme des mini-harpons qui se plantent dans la peau et provoquent une réaction urticante. Ils peuvent également être inspirés ou rentrer dans les yeux et provoquer troubles respiratoires ou conjonctivites sévères. En cas de contacts répétés avec les poils urticants, la réaction peut s'aggraver jusqu’à mener à un choc anaphylactique mettant la vie en danger.

La reconnaitre

Elle est « poilue » mais le risque est grand de la confondre avec tant d’autres espèces velues inoffensives. Il est possible que ce soit elle si :

  • on l’observe sur un chêne ! (la probabilité est quasi nulle de la rencontrer sur un autre arbre)
  • elle forme un nid en amas de fils gris de +- 50 cm duquel partent des fils-guide vers les feuilles
  • elle se déplace en longue file indienne très serrée
  • sa tête est noire ou foncée
  • ses flancs sont clairs avec de longs poils argentés fins
  • son dos possède des plaques brunâtres à chaque segment traçant une ligne noire tout le long de l’échine
     

  

Que faire si je découvre un nid ?

N'essayez en aucun cas d'éliminer vous-même les chenilles processionnaires et gardez vos distances !

Contactez votre commune afin d’évaluer la situation : authentification de l’espèce, évaluation des risques et prise de mesures. La règle est qu’il revient au propriétaire de l’arbre de prendre les mesures nécessaires (information, fermeture de zone ou destruction). Si la destruction du nid est nécessaire, le propriétaire du terrain doit contacter une société spécialisée afin de faire détruire le nid à ses frais. En l'absence de réaction d'un propriétaire privé, la Ville pourrait prendre un Arrêté de Police contraignant celui-ci à intervenir (circulaire ministérielle du 12 octobre 2020).

Attention que, même morte, la chenille continue d’être urticante, ainsi que son nid et la zone de plusieurs mètres aux alentours (dispersion par le vent). La mauvaise utilisation d’insecticides, de bruleurs ou de nettoyeurs haute pression risquerait d’éparpiller ces poils et poserait de graves problèmes de santé publique pendant plusieurs années.

En cas de symptômes graves (réaction urticante sur une grande surface de peau, dans les yeux, troubles respiratoires, choc anaphylactique) appelez directement les services d’urgences (112) ou le centre antipoison (070/245.245).

Plus d’infos : http://chenille-processionnaire.wallonie.be (lien externe)

 

 

Retrouvez l'article original sur Commune