Jurbise 7050

Coronavirus en Hainaut : laissés tranquilles pendant le confinement, les sangliers envahissent certains villages

Avec l’arrivée du printemps, les habitants de la région de Jurbise ont eu une mauvaise surprise : une invasion de sangliers qui retournent les terres à la recherche de nourriture. "Une première dans la région depuis au moins 40 ans", selon Christiane, qui a vu son jardin entièrement retourné. Depuis elle ferme son portail, mais il n’est pas sûr que cela suffise. En face, le jardin d’Annie a subi la même chose ; la riveraine est passée à la vitesse supérieure. "La dernière fois, il y avait trop de dégâts, nous avons mis une clôture", explique-t-elle.

Pour les propriétaires terriens et les agriculteurs, c’est un véritable calvaire. "La fois dernière, nous avons vu cinq ou six sangliers", raconte Thierry Bondiau, propriétaire terrien. Je pense que les chasseurs laissent à l’abandon tout cela, et nous allons voir les responsabilités de chacun." Il faut dire que les objectifs de chasse n’ont pas été atteints cet hiver, à cause des mesures de confinement. "Les chasseurs se sont posé des questions pendant quelques semaines sur la manière d’organiser efficacement les battues, reconnaît Damien Bauwens, responsable de la direction nationale des forêts (DNF) de Mons. Donc à cette période-là de la saison, ça a ralenti l’effort nécessaire."

La DNF encourage donc certains riverains à poursuivre les titulaires de droits de chasse du voisinage, même si elle préconise, dans l’immédiat, de "trouver un arrangement à l’amiable". "La manière la plus sûre d’être efficace, c’est peut-être de se protéger soi-même par la pose d’une clôture", note Damien Bauwens.

P.V. avec M.D.

Retrouvez l'article original sur RTBF