Jurbise 7050

Animaux de compagnie : comment augmenter vos chances de les retrouver

A partir du 1er mai, l’accès aux données contenues dans les puces électroniques sera plus réglementé.

Les propriétaires d’un chat ou d’un chien devront avoir donné leur accord pour que n’importe qui puisse scanner la puce de l’animal, et surtout obtenir les coordonnées du propriétaire. C’est une application du RGPD, le règlement de protection des données personnelles.

Des animaux perdus, Jean-Louis Liégeois en "reçoit" chaque semaine dans son cabinet de vétérinaire. Il dispose d’un lecteur de puce électronique, très pratique pour retrouver les propriétaires. A l’avenir, rien ne changera pour le vétérinaire : il pourra toujours accéder aux données. Même chose pour les refuges.

 

Le changement concerne d’autres personnes capables jusqu’ici de "scanner" les puces. Elles sont plus nombreuses qu’on ne le croit à disposer de ce petit lecteur. "N’importe qui peut en détenir un. Les lecteurs de puce sont en vente, sur internet notamment". Ceux qui en achètent un sont souvent bénévoles pour des associations en lien avec le bien-être animal, travaillent dans des S.P.A., des refuges. "Ces personnes sont très actives sur le terrain. Elles se rendent sur les lieux d’accidents par exemple, ou elles recherchent des animaux perdus. On ne sait pas qu’elles font un travail si utile !".

Dès le premier mai, l’accès aux données devrait leur être refusé. Sauf si le propriétaire de l’animal a marqué son accord. C’est ce que Jean-Louis Liégeois invite à faire, le plus vite possible. "Le système est déjà en place, on peut se mettre en ordre dès maintenant".

Il faut se rendre sur l’une des plateformes Cat ID ou Dog ID. "Munissez-vous d’un lecteur de carte d’identité, de votre carte, du code pin de celle-ci. Il faut aussi le numéro de puce du chat ou du chien (présent sur le passeport de l’animal)". Sur le portail, il sera possible de modifier les paramètres de la puce, et passer d’un mode "privé" à un mode "public". "Quand c’est en mode public, alors tout un chacun, muni d’un détecteur de puce, peut lire cette puce, et on peut de cette manière rapidement retrouver le propriétaire".

La manœuvre prend quelques minutes, mais devrait permettre d’accélérer les recherches si Médor ou Minou prennent la poudre d’escampette.

Charlotte Legrand

Retrouvez l'article original sur RTBF