Tellin 6927

Les Goffard Sisters vous proposent des pâtes faites à partir d'une farine d'insectes !

Dans le champ des possibles, Jonathan Bradfer nous emmène à la découverte des Belges inspirants qui développent des projets positifs. Cette semaine, il nous fait découvrir des pâtes dorées, alternatives et pour le moins originales.

" Goûte avant de dire que tu n’aimes pas ". C’est un peu l’adage des Goffard Sisters, Sophie et Géraldine. Depuis sept ans, ces deux sœurs liégeoises ont créé leur marque Aldento et produisent des pâtes artisanales enrichies à la farine…d’insectes !

Les insectes choisis, les Ténébrions Meuniers, sont séchés, puis moulus et mélangés avec les autres ingrédients bio (œufs, semoule de blé dur). " Ces petits vers de farine sont issus d’un élevage belge du côté de Tournai. Ils sont nourris avec des ingrédients bio. " précise Géraldine au micro de Jonathan Bradfer. " Physiquement, une fois séché, l’insecte ressemble en fait à une petite crevette. Simplement l’un vit dans l’eau, l’autre sur la terre. Puis scientifiquement, ces espèces appartiennent à la même famille, celle des arthropodes. Ce sont des cousines. "

Au cœur de leur atelier liégeois, les frangines proposent des pâtes aussi bien fraiches que sèches. Outre les insectes, leurs pâtes peuvent aussi être constituées de végétaux avec des bons apports nutritifs comme le chanvre ou les orties.

Manger des insectes, encore un cap psychologique et culturel à franchir

La petite entreprise reste confrontée à un sacré défi : changer nos habitudes alimentaires et nous convaincre de tester ces protéines qui peuvent très bien remplacer un bon morceau de viande très polluant. " Avec cette farine composée à 10% d’insectes, on retrouve 19g de protéines pour 100g de pâtes, ce qui équivaut à morceau de viande 75g en termes de protéines. " précise Géraldine.

L’idée n’est toutefois pas de culpabiliser les carnivores, mais d’inviter à consommer autrement et d’une manière raisonnée. A l’échelle mondiale, l’élevage intensif reste en effet l’un des principaux responsables de la surexploitation des sols, de la déforestation et des émissions de gaz à effet de serre. En ce sens, les insectes apparaissent comme une alternative intéressante – d’un point nutritif et environnemental - pour varier nos sources de protéines. Cette alternative est d’ailleurs vantée par les Nations Unies via l’Organisation de l’alimentation et de l’agriculture (FAO).

Près de 1.900 espèces d’insectes comestibles ont été recensées. Si elles sont très consommées dans certaines régions du monde, 5 espèces seulement sont autorisées en Belgique comme les vers de farine, les criquets ou les grillons. " Près d’un tiers de la population mondiale mange des insectes tous les jours. C’est coutume en Afrique ou en Asie. Pourquoi est-ce qu’on boude en Europe cette ressource comestible ? " s’interroge Géraldine qui a pu découvrir ces riches ressources alimentaires lors d’un voyage au Bénin.

Envie d’aventures gustatives ? Vous pouvez retrouver les pâtes Aldento dans de nombreux points de vente de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Sur le site internet, des recettes alléchantes sont également proposées pour vous donner quelques idées… Plus d'informations à retrouver sur la page Facebook.

Retrouvez le reportage de Jonathan Bradfer dans Quel temps

Maxime Maillet avec Jonathan Bradfer

La chronique de Jonathan Bradfer dans "On n'a pas fini d'en parler" (à partir de 57:05)