Tintigny 6730

Le Printemps sans pesticides, c'est possible : nos trucs et astuces pour vous aider à relever le challenge !

Comme chaque année, l’association ADALIA lance son opération "Printemps sans pesticides". Partout en Wallonie, du 20 mars au 20 juin, des centaines d’actions sont organisées autour du zéro pesticide.

Comme leur nom l’indique, les pesticides sont des produits qui "tuent le vivant". Fongicides, insecticides et herbicides sont utilisés pour se débarrasser des herbes indésirables ou des insectes nuisibles.

S’ils sont particulièrement efficaces, ces produits causent malheureusement de gros dommages à notre environnement et à la biodiversité. Sans parler des risques qu’ils présentent pour notre santé. L’idéal est donc de s’en passer, autant que possible !

Le Challenge sans Pesticides !

Cette année, Adrien Devyver et Kody, ambassadeurs de la 14ème édition du Printemps sans Pesticides de l’ASBL Adalia 2.0*, vous lancent ainsi un défi du 20 mars au 20 juin, partout en Wallonie : augmenter le nombre de m2 entretenus sans pesticides !

Comment faire ? Rendez-vous sur le site de l’opération et remplissez le formulaire en précisant le nombre de m2 de votre espace/jardin traité sans pesticides ou votre objectif zéro pesticide (désherber manuellement votre allée de garage, bannir les pesticides dans vos balconnières, gérer votre potager sans insecticides, etc.). Vous pouvez également préciser les alternatives que vous utilisez ou les problèmes qui vous poussent à utiliser encore un traitement chimique.

En remerciement et pour aider ceux qui ont en besoin, chaque participant reçoit une box cadeau avec des conseils pour jardiner naturellement et une alternative écologique aux pesticides.

*L’ASBL Adalia 2.0 travaille à la sensibilisation pour la protection de l’environnement et à la diminution de l’usage des pesticides.

Que dit la loi sur les pesticides ?

Pour rappel, en Wallonie comme à Bruxelles, l’usage des pesticides est interdit dans tous les espaces publics depuis 2019. Certains de ces produits ne peuvent plus non plus être utilisés dans les lieux privés (jardins, terrasses, etc.), comme le glyphosate (herbicide vital) et certains herbicides sélectifs pour gazon.

Quelques règles doivent également être respectées par les particuliers : interdiction de pulvériser des pesticides dans les zones tampons à proximité des eaux de surface (cours d’eau, mares, etc.), sur les trottoirs, les allées de garage et tout autre espace connecté aux égouts.

Comment se passer de pesticides ?

Dans l’émission la Grand Forme, la chroniqueuse Virginie Hess souligne qu'il existe différentes méthodes pour entretenir ses espaces extérieurs sans recourir aux produits chimiques.

Quand on a des petites surfaces, on peut par exemple passer à un désherbage mécanique (binette, couteau, à la main, etc.) ou thermique (brûleur, etc.). Et pourquoi ne pas devenir un peu plus tolérant à la présence d’herbes indésirables dans les endroits moins visibles ?

Pour les surfaces plus grandes, la couverture de gravier ou le rejointoyage des pavés peuvent également limiter l’apparition d’herbes folles. Dans les parterres, le paillage (copeaux, broyat de branches, etc.) reste une alternative efficace, tout comme le recours aux plantes couvre-sol.

Des solutions écologiques existent également pour lutter contre les insectes et autres espèces nuisibles. Un premier bon réflexe consiste à travailler davantage avec la nature. Plus votre jardin sera naturel, plus celui-ci attirera les prédateurs des pucerons et autres ravageurs comme les syrphes, les coccinelles, les hérissons, etc. On peut également utiliser des plantes hôtes qui attirent certains nuisibles et les concentrent au même endroit.

Il existe également des pesticides dits "écologiques". Mais ils doivent être utilisés en dernier recours car leur action destructrice peut menacer d’autre espèces non visées au départ. Par exemple, si vous pulvérisez du Pyrèthre, un insecticide naturel, pour éliminer l’altise du chou, un coléoptère ravageur, vous détruirez en même temps les autres insectes qui auraient été de précieux alliés au jardin, comme les abeilles. Ces produits, même bio, restent donc à utiliser avec précaution, en cas d’urgence et de manière localisée !

Observer le jardin ou la terrasse et prendre le temps…

Parfois, il peut être intéressant de ne pas se précipiter et d’observer la situation. Par exemple, une faible quantité de pucerons sur une plante n’aura pas d’impact négatif sur celle-ci. De même, les attaque de pucerons en fin de saison, alors que la plante décline lentement, nécessitent-elles réellement un traitement ?

Une gestion sans pesticide implique de revoir la manière dont on accompagne et entretient son jardin, sans perdre pour autant de vue les fonctions esthétiques et ornementales de nos espaces extérieurs. Il est possible de créer un joli jardin à la fois plus sain, bien tenu et vivant !

Retrouvez tous les conseils d’Adrien et Kody et d’autres bons plans pour se passer de pesticides sur Printemps sans Pesticides, et partagez vos astuces en participant au Challenge sans pesticides !

La Grande Forme, c’est du lundi au vendredi de 13h à 14h en direct sur VivaCité. Vous avez manqué l'émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio.

Sophie Businaro avec Vivre Ici (M.M.)