Farciennes 6240

Le camping sauvage: une pratique en vogue, mais interdite

Ce weekend, des campeurs ont été délogés de la Fagne par des agents du DNF (Département Nature et Forêt de Wallonie) et la police, du côté de Solwaster.

Ils étaient une dizaine, et ils n'étaient pas franchement discrets. Ils avaient installé leur tente et leur sono, en pleine zone Natura 2000, en pleine réserve naturelle.

Une pratique totalement interdite

Le camping sauvage, chez nous, c'est totalement interdit. Et pourtant, ces campeurs festifs, on en croise de plus en plus dans nos campagnes. Un phénomène qui, parait-il, prend de l'ampleur depuis l'année passée. Yves Pieper est le chef du DNF dans la zone de Verviers. Il explique pourquoi cela reste interdit: "Il y a souvent des feux allumés dans les aires de bivouac, et ces feux ne sont pas suffisamment contrôlés. Les gens quittent les lieux sans éteindre correctement les feux. On a eu le cas la dernière fois en 2019 où nous avons perdu 3 hectares suite à un incendie forestier qui était dû à un bivouac sauvage. Souvent, il y a aussi les déchets qui sont laissés en forêt. Et puis, c'est une perturbation de la quiétude forestière. Les gens qui sont là la nuit, en forêt, et qui font du bruit, ça nuit à l'équilibre écologique. De plus, les gens s'installent parfois à des endroits où ils ne sont pas conscients qu'ils sont proches d'un site de nidification d'une espèce d'oiseaux par exemple, et ça perturbe vraiment l'écosytème en tant que tel".

Certaines aires de bivouac sont autorisées, mais avec des règles strictes

Une alternative au camping sauvage, ce sont les aires de bivouac autorisées. Il y en a une dizaine en Wallonie. Trois dans la zone des Hautes Fagnes. Mais là aussi, les règles sont strictes. Pas question d'y faire la fête: "Ce sont vraiment des endroits qui sont destinés à des gens qui font des longues randonnées, à pied ou en vélo, et qui cherchent la quiétude forestière pour passer la nuit. Ce sont vraiment des endroits pour dépanner et pour passer une seule nuit".

Pour savoir où se trouvent ces aires de bivouac légales, le mieux est de contacter les offices du tourisme. Le DNF préfère rester discret sur le sujet. Précisément pour éviter les trop fortes affluences.

Rappelons d'ailleurs que le drapeau rouge flotte pour l'instant sur la Fagne à cause justement de risque d'incendie.

Barbara Schaal

Retrouvez l'article original sur RTBF