Hastière 5540

RAVeL Dinant-Waulsort: le permis d'urbanisme est refusé!

Ce mardi, les bourgmestres ont été informés du refus d'octroi du permis d'urbanisme relatif à la construction du RAVeL entre Dinant et Waulsort. Les communes d'Hastière et de Dinant avaient marqué leur accord.

Les bourgmestres d'Hastière et de Dinant, ont été informés ce mardi par recommandé du refus d'octroi du permis d'urbanisme pour la construction du RAVeL entre Waulsort (Hastière) et Anseremme (Dinant). La nouvelle est tombée très rapidement après que les deux communes concernées par le projet se sont prononcées en faveur du projet. Si le bourgmestre d'Hastière, Claude Bultot, parle de "douche froide", l'échevin de la mobilité dinantais, Thierry Bodlet, se dit "très déçu".

Le permis d'urbanisme avait été introduit à l'automne dernier et avait donné lieu à une enquête publique. Les motivations du fonctionnaire délégué à l'aménagement du territoire pour refuser le permis sont de deux ordres: la menace pour la faune (les anciens ballasts de chemin de fer attirent certaines variétés de reptiles) et l'incertitude qui existe toujours quant à la possibilité de rouvrir la ligne de chemin de fer Dinant-Givet.

Sur ce point, Infrabel aurait rendu un avis dans le cadre de l'enquête publique qui, en substance, avertissait que le projet tel qu'il était présenté n'était pas compatible, à moins d'être à nouveau modifié ultérieurement, avec une éventuelle réouverture de la ligne. 

>>> A LIRE AUSSI: Le projet de RAVeL entre Waulsort et Anseremme sur les rails malgré de nombreuses questions (19/11/2020)

Le bourgmestre de Dinant, Axel Tixhon, qui regrette lui aussi la décision, comprend cependant la position du fonctionnaire délégué. Il renvoie la balle du côté des décideurs wallons:

Je peux comprendre la décision qui est prise face à l'incertitude quant à la réouverture de la ligne. Il y a une forme d'opacité à ce niveau. Cette incertitude devra être tranchée par les autorités régionales. Elles doivent clarifier leur position à ce sujet parce que c'est dommage que ce soit le développement touristique des deux communes qui soit pénalisé. 

Un recours est possible 

Seuls le SPW Mobilité, la commune d'Hastière et la ville de Dinant, pourront introduire un recours. Celui-ci serait examiné par le cabinet de Willy Borsus. Une autre possibilité serait de renégocier entre les différentes entités et de relancer une demande de permis. La création de ce tronçon aurait dû combler un trou existant entre deux parties de RAVeL et permettre de relier Dinant à Givet en toute sécurité. Le projet qui est dans les cartons depuis plusieurs années déjà connaît donc une vicissitude de plus.

Retrouvez l'article original sur MAtélé