Yvoir 5530

Suite à un éboulement, la carrière de Haut-le-Wastia à Yvoir veut temporairement s'agrandir

La carrière de Haut-le-Wastia a introduit une demande de permis d’extension temporaire suite à un éboulement en 2020. C’est obligatoire, mais un riverain y voit une manœuvre d’agrandissement à long terme.

Le 6 juillet 2020, un éboulement de 400.000 tonnes de pierres se produit à la carrière de Haut-le-Wastia, endommageant au passage une partie des bois de la commune d'Yvoir (Ndlr: bien que la carrière porte le nom d'un village de la commune d'Anhée, la carrière se situe sur la commune yvoirienne). Le carrier a aujourd'hui pour obligation de remettre la forêt en l'état et retracer le chemin de promenade qui a disparu sous l'éboulement.

Comme le veut la procédure, celui-ci a demandé un permis unique pour étendre temporairement la carrière afin de sécuriser ses abords. Mais ce permis de sécurisation est perçue par certains riverains comme une manœuvre du carrier pour s'agrandir. C'est le cas de William Lepoivre dont le jardin se situe à 200 mètres à vol d'oiseau du lieu de l'éboulement:

Je soupçonne le permis d'extension temporaire de servir les intérêts futurs de la carrière. Pour faire cette sécurisation, elle doit empiéter sur des zones non-exploitables et non-exploitées à ce jour. Ça leur permettra d'avoir dix ares supplémentaires sécurisés qu'ils pourront sonder. Ce sondage leur permettra de dire, vous voyez, on a une nouvelle zone exploitable possible.

Le permis unique comprend un permis d'environnement et un permis d'urbanisme. Il ne peut être accordé que par la Région wallonne. La Ville ne rend qu'un avis dans ce dossier. Ce type de demande est exceptionnelle, mais fait partie de la procédure. Lorsqu'un carrier endommage une forêt, il doit la remettre en l'état, comme le détaille le porte-parole du Service Public de Wallonie, Nicolas Yernaux:

Le dossier technique qui a été joint à cette demande de permis précise bien qu'on est sur un permis valable sept ans. Ce permis est nécessaire pour la réhabilitation du site. Il est donc hors de question de profiter de cette période pour étendre les activités de la carrière. Pour cela, il y a une autre démarche administrative qui est en cours et qui est loin d'aboutir: une demande de révision du plan de secteur.

La demande d'agrandissement est donc en cours depuis 2015, mais il s'agit d'une autre procédure administrative. D'ailleurs, elle ne porte pas exactement sur les mêmes parcelles. Elle concentre des terrains qui se trouvent du côté d'Evrehailles, à l'opposé du jardin de William. Il faut compter au moins 10 ans avant que cette extension ne puisse se réaliser.

De son côté, William Lepoivre reste persuadé qu'il y a double jeu. Mais ni la commune, ni le carrier contactés par nos soins, n'ont souhaité répondre à nos questions. 

 

Retrouvez l'article original sur MAtélé