Dinant 5500

Falmignoul: la brasserie " La Caracole" a perdu 50% de ses activités

La brasserie de « La Caracole », à Falmignoul, subit de plein fouet la crise sanitaire. Son patron, François Tonglet estime les pertes de l'activité à 50%

 

A la brasserie "La Caracole” à Falmignoul, la production de bière continue mais à un rythme ralenti de 50%. Comme l'explique François Tonglet, le brasseur et créateur de cette brasserie, ses deux collaborateurs ont été contraints à réduire leur travail d'un temps plein vers un mi-temps:

Ce n'est même pas pour constituer un stock normal. Notre stock est en train de grossir. Même en travaillant à un rythme réduit, on produit plus que ce que les ventes nous sortent comme bière.

 

La filière Horeca est tarie pour l'instant, cependant, les bières de  La Caracole ont continué à se vendre, un peu, notamment dans les magasins de produits locaux. 

 

La vente que l'on faisait vers les magasins s'est mieux portée. Mais ça n'a jamais compensé tout ce que nous avons perdu sur le secteur Horeca, le secteur événementiel et l'associatif.

 

Les aides de la Région et les reports tolérés par les banques sont évidemment bienvenus, mais ce n'est pas suffisant pour combler les pertes. 

 

Ce n'est pas une catastrophe pour moi, parce que j'ai déjà remboursé mes plus gros emprunts.

 

Et pourtant, François Tonglet a dû puiser dans ses économies pour garder la tête hors de l'eau. 

 

J'ai dû rajouter à peu près 40.000 euros, sur la durée de la crise Covid, pour remettre les comptes à niveau.

 

La terrasse et la taverne sont évidemment au point mort, pour l'instant. Cela signifie que les rentrées sont nulles de ce côté-là. Mais François Tonglet garde le moral. Il n'a pas dû éliminer trop de bière dont les dates de péremption étaient atteintes. Excepté les bières en fût, des produits qui se conservent moins longtemps que les bouteilles.

 

Comme tout le monde, François Tonglet espère une reprise rapide des activités. 

 

 

La brasserie de « La Caracole », à Falmignoul, subit de plein fouet la crise sanitaire. Son patron, François Tonglet estime les pertes de l'activité à 50%

Retrouvez l'article original sur MAtélé