Andenne 5300

A qui appartient le trésor inestimable de la Collégiale d'Andenne ?

Combien : 10 millions, 50 millions, 70 millions d’euros ? La valeur de la châsse de Sainte-Begge (photo) est inestimable.

Combien : 10 millions, 50 millions, 70 millions d’euros ?

La valeur de la châsse de Sainte-Begge (photo) est inestimable. "C’est une pièce d’une grande rareté, confirme le conservateur du Trésor Jean Sacré. Un joyau de l’orfèvrerie wallonne de la Renaissance."

Le cercueil abriterait, selon l’Eglise, les restes d’une femme ayant fondé le premier monastère à Andenne au 8e siècle. "Et cette dame, ce n’est pas n’importe qui, précise Jean Sacré : c’est l’arrière-arrière grand-mère de Charlemagne."

Ce trésor est aujourd’hui l’objet d’un litige entre la ville d’Andenne et la Fabrique d’Eglise. "La ville d’Andenne en est propriétaire, revendique le bourgmestre Claude Eerdekens, comme tous les biens qui étaient dans la Collégiale quand elle est devenue la propriété de l’Etat à l’époque napoléonienne."

Mais la Fabrique d’Eglise défend une autre thèse : la châsse ainsi que d’autres objets précieux du culte n’étaient plus dans la Collégiale au moment du transfert de propriété. Ils auraient été mis à l’abri par les chanoinesses quelques années auparavant. Le trésor appartiendrait donc à la Fabrique et non à la ville.

Comment protéger le trésor ?

Tout le monde est d’accord, par contre, pour dire que le trésor de la collégiale mériterait d’être mieux valorisé qu’actuellement. Quelques visites guidées sont organisées chaque année mais uniquement sur réservation. La châsse est protégée par un coffre-fort, mais des dizaines d’autres pièces très précieuses, notamment une pietà du 16e siècle (photo), sont entreposées dans la sacristie et d’autres locaux de la Collégiale sans protection particulière.

"Il faut évidemment mieux protéger et mieux présenter ce trésor, affirme Claude Eerdekens. Si notre droit de propriété est reconnu, je suis prêt à délier les cordons de la bourse pour aménager un nouveau musée à Andenne."

Ouvrir le cercueil de Sainte-Begge

En attendant, le conservateur du Trésor poursuit l’œuvre de sa vie, en bénévole : sauver le trésor des Dames d’Andenne. "La procédure de classement de la châsse de Sainte-Begge est en cours. Nous venons aussi de terminer la restauration d’un lutrin exceptionnel qui date du 16e siècle. Et il y a encore bien d’autres pièces d’une grande rareté dans cette collection. Oui, le trésor d’Andenne mérite beaucoup mieux."

Et secrètement, Jean Sacré rêve d'une apothéose à son long et minutieux travail de connaissance et de reconnaissance du trésor d'Andenne : "ouvrir la châsse de Sainte-Begge pour compléter l'étude des restes qui y sont enfermés". A commencer par une analyse ADN des ossements à l'intérieur. Datent-ils vraiment du 8e siècle ? "L'Eglise considère qu'il s'agit bien de Sainte-Begge, l'aïeule de Charlemagne. Mais ce n'est pas encore un fait scientifiquement établi.

François Louis

Retrouvez l'article original sur RTBF