Liege 4000

Des jeunes danseurs étoiles occuperont bientôt l'ancienne Banque nationale de Liège

Une banque qui cède sa place à une école d’arts… L’idée est cocasse, mais le projet déjà bien engagé.

L’ancienne succursale liégeoise de la Banque nationale de Belgique, place Saint-Paul, va être transformée en école de danse. La Mosa ballet school pourrait avoir un rayonnement international.

Ce projet ambitieux, c’est celui de Benjamine De Cloedt, une Bruxelloise fortunée, passionnée de danse et mère d’une danseuse étoile, aujourd’hui jeune adulte. Quand elle visite le bâtiment pour la première fois, le coup de foudre est immédiat. " Je voyais déjà l’école dedans ", se souvient, enthousiaste, la fondatrice de cette future école de ballet.

En octobre 2018, elle achète le prestigieux bâtiment, alors en vente publique, pour la coquette somme de 7,1 millions d’euros. " C’est un bâtiment qui date de 1968. Il est majestueux, il a une certaine austérité. Il y a des matériaux incroyables : du marbre, du noyer américain, de l’aluminium… " Les travaux ont démarré au mois de décembre dernier. Les guichets ont déjà disparu, mais des portes de coffre-fort traînent encore çà et là dans les couloirs. Benjamine de Cloedt entend bien respecter l’intégrité du lieu. " On essaie de garder un maximum de la structure du bâtiment ", promet-elle.

Une école et un internat

Quelques modifications seront toutefois nécessaires pour rendre le lieu fonctionnel. " Les plafonds sont à 3 mètres de hauteur, mais pour des studios de danse il faut 4 à 5 mètres. Donc nous allons garder intact le bâtiment en forme de L pour en faire des bureaux et des salles de classe. Aux extrémités de ce L, on va construire deux nouvelles tours, pour les studios avec une belle hauteur de plafond. "

En plus de l’école, le bâtiment hébergera aussi un internat. La plupart des élèves vivront en effet sur place, puisque nombre d’entre eux viennent de loin : d’autres villes belges ou européennes. " Ces petits élèves se lèvent le matin vers 6-7 heures. Ils sont déjà en tenue de danse. Ils ont ensuite leurs cours scolaires. Les cours de danse commencent vers 13 heures. Donc l’internat, c’est primordial pour qu’ils soient ensemble, cocoonés, stables dans leur développement ", raconte la fondatrice.

Partenariat avec l’Athénée Charles Rogier

L’enseignement est d’autant plus exigeant que ces élèves devront suivre de front leurs cours de danse et un enseignement classique. Un partenariat a d’ailleurs déjà été trouvé avec l’Athénée Charles Rogier (Liège 1). Essentiel, selon Benjamine de Cloedt. " Quand on arrive à 14-15 ans, le corps change, la passion peut diminuer. Il peut aussi y avoir un accident : une entorse de cheville ou un genou cassé. Le chemin peut changer et pour moi c’est donc primordial qu’ils aient un cursus scolaire normal pour éventuellement continuer en école supérieure ou à l’université. "

Le Mosa ballet school doit ouvrir à la rentrée 2022. Dans un premier temps 35 élèves seront inscrits, mais le bâtiment est prévu pour en accueillir 115, à terme.

La direction artistique sera, elle assurée par Pedro Carneiro, ancien directeur de l’École nationale de danse du Conservatoire de Lisbonne et personnage bien connu dans le milieu de la danse.

Barbara Schaal (RTBF)

Retrouvez l'article original sur RTBF