Rebecq 1430

Projet d'extension de la carrière Sagrex à Quenast: l'emploi garanti pour 100 ans mais quels impacts sur l’environnement?

Malgré une sérieuse déconvenue au Conseil d’Etat en février, Sagrex ne renonce pas à son projet d’extension de la carrière de porphyre à Quenast (Rebecq). L’entreprise introduira bientôt une demande de permis. Mais avant cela, une étude sur l’impact environnemental de ce projet doit être menée. Un bureau indépendant a été désigné, il va bientôt commencer son travail.

Aujourd’hui, Sagrex dispose de réserves pour à peine cinq années d’exploitation dans la zone couverte par le permis. Le groupe carrier veut donc étendre son périmètre d’extraction sur septante hectares. Cinquante hectares seront exploités, les vingt autres serviront de zone de stockage pour les terres qu’il faudra d’abord retirer avant d’atteindre le gisement.

Septante hectares, cela représente cent ans d’exploitation au rythme actuel. L’activité et l’emploi (soixante emplois directs et 180 indirects) seraient ainsi pérennisés.

Bien sûr, étendre la carrière aura un certain nombre d’incidences, qu’il faut donc mesurer pour les réduire ou les supprimer si c’est possible. Un bureau d’étude spécialisé est chargé de les identifier et d'établir des recommandations que Sagrex devra intégrer dans son projet.

Parmi les points qui seront examinés attentivement, il y a la mobilité. En effet, pour étendre la zone d’extraction, il faudra notamment supprimer la drève Léon Jacques pour laquelle Sagrex a déjà réfléchi à plusieurs tracés alternatifs. Le bureau d’étude devra évaluer l’impact de la suppression de cette route sur le trafic et formuler une proposition de solution, après avoir examiné toutes les pistes déjà envisagées et celles auxquelles on n'a peut-être pas encore pensé jusqu'à présent.

Mais avant de réaliser cette étude d’incidences, une enquête publique doit être menée. Dès samedi, les riverains auront quinze jours pour donner leur avis sur le projet de Sagrex et sur son impact environnemental. Le bureau d’étude intègrera dans son rapport final les remarques et suggestions qui lui seront adressées. Et pour que chacun soit informé au mieux, Sagrex a mis en ligne une vidéo explicative, disponible sur son site Internet ces jeudi 10 et vendredi 11 juin.

Par la suite, une fois que Sagrex aura adapté son projet (en fonction de l'étude d'incidences) et déposé sa demande de permis, une nouvelle enquête publique aura lieu. Les riverains auront donc à nouveau l’occasion de s’exprimer.

Hugues Van Peel

Retrouvez l'article original sur RTBF