Ville de Bruxelles 1000

Le règlement européen sur les marchés numériques pourrait "détruire la sécurité de l’iPhone", dénonce Tim Cook d’Apple

Le projet de règlement sur les marchés numériques (DMA), qui fait partie du plan de l’Union européenne pour réguler les géants du secteur, risque de "détruire la sécurité de l’iPhone", a dénoncé ce mercredi le patron d’Apple Tim Cook au salon parisien des start-up et de la technologie Vivatech.

Certaines parties du projet actuellement discuté à Bruxelles "ne sont pas dans le meilleur intérêt des utilisateurs. […] Je suis très inquiet à propos de la vie privée et de la sécurité", a-t-il déclaré lors d’une discussion organisée avec le média Brut.

Nous allons prendre part au débat et j’espère que nous trouverons une solution

Le DMA forcerait Apple à autoriser l’existence d’alternatives à l’App Store, aujourd’hui l’unique magasin d’applications sur les appareils d’Apple, et cela "détruirait la sécurité de l’iPhone et beaucoup d’initiatives pour la vie privée que nous avons développées dans l’App Store", notamment car l’entreprise ne pourrait plus contrôler chaque application distribuée, a expliqué Tim Cook.

"Nous allons prendre part au débat et j’espère que nous trouverons une solution", a-t-il ajouté, tout en reconnaissant qu’il y avait des "bonnes parties" dans le projet de réglementation, notamment l’autre volet du plan de l’UE concernant spécifiquement les services numériques (DSA).

La fin des monopoles ?

Le Règlement sur les marchés numériques ("Digital Markets Act", DMA) imposera des contraintes spécifiques aux seuls acteurs dit "systémiques", une dizaine d’entreprises dont la toute-puissance menace le libre-jeu de la concurrence. Parmi eux, les Gafam, les 5 géants du numérique que sont Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

Ces entreprises se verront imposer des règles augmentant la transparence de leurs algorithmes et limitant leur usage des données privées, au cœur de leur modèle économique. Elles devront aussi notifier à la Commission tout projet d’acquisition de firme en Europe.

Présenté en décembre, le projet doit encore être négocié avec le Parlement européen et les Etats membres.

Apple est accusé de comportement monopolistique par certains éditeurs comme Epic (propriétaire du jeu Fortnite), Facebook ou Spotify, en raison de ses règles strictes sur la distribution d’applications.

AFP

Retrouvez l'article original sur RTBF