Stoumont 4987

Mode survie pour les centres de classes vertes de Charneux et de Stoumont

Les temps sont durs pour de nombreux secteurs et parmi eux, les centres qui se sont spécialisés dans l’accueil des classes vertes.

Depuis octobre, plus aucune classe de ce type n’a pu être organisée. Certains sont au bord du gouffre financier et lancent des appels aux dons. C’est le cas du Domaine des Fawes à Charneux, dans la commune de Herve. A quelques dizaines de kilomètres de là, à Stoumont, l’asbl Le Fagotin a elle aussi été à deux doigts du dépôt de bilan. Elle va mieux mais n’est pas sauvée pour autant.

Le Domaine des Fawes, c’est plus de 200 lits. Tous inoccupés depuis octobre dernier. Et donc plus de rentrées financières, et une situation qui est devenue très difficile : " On n’a plus de revenus pour faire face aux charges qui nous incombent. On a fait un appel aux dons aux citoyens et ils ont répondu présents. Maintenant on se tourne aussi vers les sociétés pour passer le cap et on croise vraiment les doigts pour pouvoir rouvrir les plus rapidement possible. On a une perte d’exercice pour l’année 2020 qui tourne aux alentours de 60.000 euros, mais je reste convaincu que les choses vont s’améliorer ", détaille François Drouguet, directeur.

A Stoumont aussi, seuls des dons ont permis d’éviter le dépôt de bilan pour l’asbl Le Fagotin : " On a été à deux doigts, et même un ongle, du dépôt de bilan et on n’a dû notre survie, fin de l’année dernière, qu’à des dons. Aujourd’hui, la trésorerie va un peu mieux, néanmoins si la situation ne s’améliore pas très vite avec une reprise des activités rapidement, nous allons nous retrouver une nouvelle fois dans le courant du second semestre dans la même situation ", s’alarme Dorian Kempeneers, directeur.

Seul espoir pour ces centres : la reprise très rapide des classes vertes, car les activités annexes qu’ils tentent de mettre en place ne représentent finalement qu’une goutte d’eau pour couvrir leurs frais fixes.

A Stoumont par exemple, une nouvelle activité vient d’être lancée : les Apérandos. Le principe : une box-repas à emporter en randonnée, constituée de produits bio, locaux et de saison, réalisés par le cuisinier de l’asbl. Il suffit de réserver en ligne et de se rendre sur place les week-ends ou les jours fériés. Une carte de la région et un roadbook sont disponibles sur place, tout comme… un âne équipé d’une selle pour les enfants de moins de 30 kilos, ou d’un bât pour les sacs.

Olivier Thunus

Retrouvez l'article original sur RTBF