Le prix du porc en forte diminution : les éleveurs s'inquiètent

Les craintes aussi du secteur porcin.

Après la crise de la peste africaine, celle de la Covid fait des dégâts. Les abattoirs tournent au ralenti et donc les porcs se vendent moins bien. Les prix ont chuté d’environ 40%.

Benoît Renkens est éleveur de porc depuis plus de 20 ans à Blegny. Il est aussi le président du groupe de travail " porc " à la FWA (Fédération wallonne des agriculteurs). Avec la crise sanitaire, son activité est ralentie.

Ce qu’on nous demande, c’est de garder les porcs une semaine de plus. Ça veut dire qu’ils vont s’engraisser, qu’ils vont manger, qu’il y a un risque de mortalité. Ils vont être plus gras et donc la valorisation va être moindre, et donc c’est le genre de chose qu’on essaie d’éviter ", explique-t-il.

Parce que moins de qualité, c’est aussi un prix moindre. Lui qui a déjà vu son prix au kilo chuter de 60 cents en à peine 4 mois à l’arrivée de la peste porcine africaine en Allemagne : " Maintenant que les Allemands sont touchés et que l’Asie ferme ses marchés aux Allemands aussi, ils se retrouvent avec leurs porcs sur le marché européen, ce qui signifie vraiment une surcharge du nombre de porcs et malheureusement, quand il y en a de trop, les prix chutent ", détaille l’éleveur.

Résultat, le marché européen est saturé et les éleveurs belges tirent la langue : " C’est la deuxième fois qu’on vend les porcs à ce prix-là depuis le début de ma carrière, mais maintenant, on n’a plus rien derrière, on n’a plus de réserves. Il faudrait que ça ne dure pas trop longtemps. Moi ce qui me motive, c’est quand les clients viennent au magasin, qu’ils sont contents de la qualité et de la production qu’on leur propose. C’est ce qui nous aide à tenir ", confie-t-il encore.

Pour les aider, la Fédération wallonne des Agriculteurs demande un plan d’aide au ministre wallon Willy Borsus, et en attendant la levée de l’embargo chinois sur le porc belge, le secteur espère un retour à la normale pour le printemps prochain.

Benjamin Verpoorten

Retrouvez l'article original sur RTBF