Fin de l’occupation de l’Office des Etrangers en soutien aux grévistes de la faim

La police a évacué dans le calme les personnes qui occupaient depuis environ 15h30 mardi le hall du bâtiment de l’Office des étrangers à Bruxelles, en soutien aux 475 sans-papiers en grève de la faim depuis maintenant un mois, a indiqué la porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles Ilse Van de keere. Un membre du comité de soutien de l’Union des Sans-Papiers pour la Régularisation a confirmé que l’opération s’était terminée vers 18h45. Il n’y a pas eu d’arrestation.

La police a dénombré 38 personnes à l’intérieur des locaux, dont certaines enchaînées. A l’extérieur, les participants ont fluctué entre 50 et 100 personnes, selon la police.

L’objectif de leur action était d’obtenir un rendez-vous avec le directeur général de l’Office des étrangers afin d’entamer des négociations en urgence face à la détérioration des conditions de santé des grévistes de la faim.

Leur demande n’a pas abouti avant l’heure de fermeture de l’Office des Étrangers. "A l’improviste, sans préparation, le directeur général ne devrait pas les recevoir aujourd’hui", avait expliqué dans l’après-midi la porte-parole de l’Office des Etrangers Dominique Ernould. "Notre directeur général a régulièrement reçu des associations et des délégations de sans-papiers, mais pas comme cela…", a-t-elle ajouté. Elle a précisé que l’Office des Étrangers n’est qu’une administration qui applique des décisions prises par le cabinet du secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Sammy Mahdi (CD&V) et le gouvernement dans son ensemble.

Les sans-papiers réclament des critères clairs de régularisation pour les personnes en situation irrégulière sur le territoire belge et la mise en place d’un comité indépendant pour juger des différents dossiers. Ils font valoir qu’ils ont été sévèrement touchés pendant la crise sanitaire car ils étaient nombreux à travailler dans des métiers mis à l’arrêt.

"Il faut maintenant que le CD&V, l’Open VLD, le sp.a, Ecolo, Groen et le PS apportent une solution sur le fond, qui passe par une régularisation sur base d’une définition élargie des "circonscriptions exceptionnelles" qui tienne compte de la situation réelle des grévistes et de tous les sans-papiers en Belgique, la crise sanitaire et économique ainsi que la nécessité d’une relance économique", a indiqué le comité de soutien dans un communiqué.

Le groupe avait occupé le siège du PS le 9 juin dernier. Plusieurs manifestations de soutien ont également été organisées.

Belga

Retrouvez l'article original sur RTBF