Feux d’artifice, le retour : c’est dans une semaine à la fête à Barchon

C’est peut-être le premier feu d’artifice, dûment autorisé, depuis les annulations en série de l’été dernier : c’est annoncé le dimanche, veille de Pentecôte, dans le village de Barchon, dans la grande banlieue liégeoise.

Le comité des jeunes n’a pas voulu attendre les mesures d’assouplissement du début juin, et déplacer le calendrier de ses réjouissances. C’est donc avant même la prochaine étape de déconfinement que les organisateurs ont programmé sur quatre jours de multiples concerts et événements, répartis sur trois scènes et chapiteaux, accessibles sur réservation, par cinquante personnes par tables de quatre, pendant quatre heures, sans qu’il soit permis d’aller de site en site. Un protocole qui peut paraître restrictif, mais qui ne semble pas déranger le public, au vu des premières réservations. Les dernières autorisations sont arrivées en milieu de semaine seulement. Les réunions avec l’administration communale ont été nombreuses, mais les négociations n’ont pas été tendues. La Jeunesse Barchonnaise a même obtenu de pouvoir tirer un feu d’artifice. Sans rassemblement, à contempler par chacun devant sa maison ou dans son jardin.

Comme l’explique le président du comité, "notre but, c’est de donner du bonheur aux gens ; nous avons tous besoin de contacts sociaux, et il est temps de recommencer, même avec des conditions strictes : c’est important pour nous d’aller le plus loin possible dans ce qui est permis, et dans le respect des mesures gouvernementales. La Jeunesse Barchonnaise a été fondée voici septante-cinq ans, juste après la guerre, à la libération, et cette édition, c’est un peu la fête de la libération d’après-covid."

 

 

Michel Gretry

Retrouvez l'article original sur RTBF