Des parcs d'accrobranche fermés par la police, d'autres pas : l'incompréhension des gérants

Alors que la campagne de vaccination avance, il existe encore certaines contradictions dans l’application des mesures Covid.

Alors que la campagne de vaccination avance, il existe encore certaines contradictions dans l’application des mesures Covid. C’est encore bien trop flou pour les parcs d’accrobranche par exemple. Certains sont ouverts, d’autres ont dû fermer leurs portes… et ça varie en fonction des régions. C’est le cas de Spa Forest à Spa, ou de celui de La Gileppe. Des cas similaires ont été constatés en province de Luxembourg. Par contre, d’autres sont restés ouverts, tant dans notre province que dans d’autres. Une situation qui interpelle les responsables de ces parcs. En fonction des provinces, l’interprétation du fédéral varie concernant cette fermeture. 


►►► À lire aussi : Coronavirus : une quasi-immunité collective avant la fin juin en Europe ?


On a eu la visite de la police, nous disant qu’on devait fermer le parc. Apparemment, ils avaient eu la réponse du gouverneur selon laquelle on est bien considéré comme parc d’attractions, style Walibi ou Plopsaland, et qu’on n’est pas considéré comme activité sportive. J’ai invité le gouverneur de la Province de Liège à venir se rendre compte sur place que c’est bien une activité sportive, qu’on est à l’extérieur, qu’on utilise du gel hydroalcoolique, qu’on a les masques, qu’il y a la distanciation sociale, et surtout qu’on accueille principalement des jeunes enfants ou des familles qui sont ici en vacances, et donc toujours par bulles ", précise Olivier Marquette, gérant de Spa Forest.

Quant au fait que certains parcs similaires sont eux ouverts : " Je ne comprends pas pourquoi eux peuvent rester ouverts et moi je dois fermer. Mon but n’est sûrement pas qu’ils doivent fermer, loin de là, mais c’est de pouvoir rouvrir ", explique-t-il encore.

Les services du gouverneur de la Province de Liège nous ont confirmé qu’un arrêté ministériel assimilait les parcs d’accrobranche à des parcs d’attractions et que le centre fédéral de crise avait confirmé leur fermeture. Quant au fait que certains sont restés ouverts, c’est avant tout une question d’interprétation dans le chef des gouverneurs de province d’une part, et d’une non-connaissance de l’ouverture de certains parcs d’autre part, nous dit le porte-parole du gouverneur, qui rappelle que les bourgmestres ont aussi la possibilité de faire respecter cette règle.

Au Luxembourg, même schéma

Ardenne Aventure, situé à la Roche-en-Ardenne, a également été contraint de fermer jeudi dernier et ce, en pleine période de vacances de Pâques. Une vingtaine de clients étaient dans les arbres quand la police est arrivée pour ordonner la fermeture immédiate sur ordre du gouverneur, qui assimile ce parc à un parc d’attractions comme Walibi.

"On suit les règles édictées en 2020, c’est sur rendez-vous, il y a du gel hydroalcoolique. Ils portent le masque pendant le briefing. On leur demande de garder les distances de sécurité. Ils sont avec leur bulle. Et en plus, notre moniteur peut veiller au bon respect des règles covid. Je trouve que c’est un plus moniteur. Je souhaiterais avoir plus de cohérence", explique Manu. Goldschimdt, gérant d’Ardenne aventure.

Ce manque d’harmonisation agace les exploitants car tout a été mis en œuvre pour que les clients soient accueillis dans les meilleures conditions de sécurité et respecter les mesures sanitaires imposées par le gouvernement.

Olivier Thunus, Nesrine Jebali

Retrouvez l'article original sur RTBF