Des excréments de vache et de poule vendus en grande surface

Surprenant ! On tente de nous vendre de la merde en boîte, du fumier plus exactement. Aberrant ! crieront certains.

Aberrant d’un point de vue écologique : ce pot en plastique, c’est un coût en énergie pour contenir finalement un produit naturel et courant.

Aberrant d’un point de vue économique aussi : ce pot de 8 kg coûte 9 euros. Le consommateur paie finalement sans doute plus la mise en pot que le fumier lui-même.

Car ce produit bien souvent est gratuit, chez le fermier du coin.

Il vaut mieux travailler avec ce genre de produit que de ne rien mettre.

Firmin Baudoin, agriculteur, a bien sûr son avis sur la question : " Les gens qui habitent à la campagne, on la chance de bénéficier de fumier à proximité, donc, c’est très intéressant pour eux de venir directement chez le fermier demander de la matière organique. Par contre, les gens en ville n’ont pas d’autre alternative. Et je pense qu’il vaut mieux travailler avec ce genre de produit que de ne rien mettre. "

La paille en décomposition va vraiment assouplir ma terre et la rendre plus vivante.

Pour le particulier, entre du fumier frais gratuit et des granulés coûteux, la question ne s’est même jamais posée. Jean-Yves Scius, propriétaire d’un potager est convaincu : " Pour moi, le fumier, c’est vraiment le substrat de choix pour fertiliser mon potager. C’est un engrais naturel parce qu’il est riche en azote. Mais également sa matière organique, la paille en décomposition va vraiment assouplir ma terre et la rendre plus vivante. "

Selon Firmin Baudoin, agriculteur, le fumier a aussi un autre avantage : " Je pense que pour retenir l’eau, véritablement améliorer la structure du sol, on ne battra pas le fumier de ferme. "

Lorsque du fumier quitte une ferme seulement, il doit s’accompagner d’une démarche administrative, comme l’explique Caroline Decoster, chargée d’étude à la Fédération wallonne de l’agriculture : " On doit faire un contrat d’épandage pour signaler l’exportation de ce fumier. En général pour une brouette, on ne va pas faire de contrat, on ne va pas se servir au champ, c’est de l’or de l’engrais naturel. "

Entre le frais gratuit et le séché en pot, le choix, quand il est possible, est vite fait. Mais le seau hermétique en plastique dispose d’un avantage insoupçonné. Aurélie Melchior, experte jardin chez Ecoconso, le souligne. " Le fumier a été déshydraté. Et donc pour sa facilité d’emploi, il ne faudrait pas qu’on le stocke dans sa cabane de jardin, qu’il chope l’humidité en hiver. Et qu’alors au printemps prochain qu’il soit beaucoup plus difficile à utiliser. " En pot, le fumier peut en effet être stocké en toute propreté.

Finalement, pour amener un peu de campagne en ville, ce produit n’est pas si aberrant que cela.


Retrouvez "On n'est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Valéry Mahy

Retrouvez l'article original sur RTBF