Comité de concertation et déconfinement culturel : vers un "plan d'été" fait d'assouplissements dans le secteur

Dès 9 heures, les membres du comité de concertation se sont réunis pour entre autres, parler et décider culture et événementiel.

Dès 9 heures, les membres du comité de concertation se sont réunis pour entre autres, parler et décider culture et événementiel.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Ce sont quatre échéances qui ont été fixées pour ces secteurs, avec des dates précises : 9 juin, 1er juillet, 30 juillet et 1er septembre. Chaque date correspond à un seuil épidémiologique.

Exemple pour le 9 juin, cette date est conditionnée à un seuil de 500 patients maximum en soins intensifs et 80% de personnes atteintes de comorbidités vaccinées.


A lire aussi : Yves Van Laethem : "Bonne nouvelle : les chiffres des hospitalisations continuent à évoluer favorablement"


Le 9 juin, nous allons franchir un cap important

"Plan été"

"Le plan été sera déployé si tous les voyants (épidémiologiques) restent au vert" explique Alexander de Croo. Il faut donc rester vigilants ces prochaines semaines, prévient-il. "Tout le monde veut le plus grand degré de liberté pour tout le monde" a également déclaré Elio Di Rupo, le ministre président wallon, appelant en même temps à une plus grande vaccination. "On arrive à la fin du marathon. Nous donnons des perspectives au secteur culturel" s’est quant à lui réjoui Pierre-Yves Jeholet, le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Evénements en intérieur/ extérieur

A partir de la date du 9 juin :

Pour les événements en intérieur, ceux-ci sont autorisés avec un maximum de 200 personnes (ou 75% de la capacité de la salle) avec port du masque, respect des distances et obligation de rester assis.

Pour ce qui se passe à l’extérieur, la jauge serait placée à 400 personnes. Port du masque obligatoire et respect des distances de sécurité obligatoires.

A partir du 1er juillet :

Pour les événements à l’intérieur : la jauge passe à un maximum de 2000 personnes (ou 80% de la salle). Les mêmes règles restent en vigueur.

Pour les événements à l’extérieur : jusqu’à 2500 personnes autorisées. Avec les mêmes règles de sécurité.

A partir du 30 juillet :

Les événements à l’intérieur : jusqu’à 3000 personnes (ou 100% de la capacité maximale de la salle). Même règles.

Les événements à l’extérieur : jusqu’à 5000 personnes autorisées.

A partir du 13 août, les événements de masse de plus de 5000 personnes sont autorisés à l’extérieur moyennant la présentation d’une preuve de vaccination ou d’un test PCR récent négatif.

Pour ce qui à trait aux événements extérieurs, "à partir du 13 août, nous passerons si tout va bien à des événements pouvant accueillir 3000 personnes" a-t-on dit lors du comité de concertation. De plus, à partir du 13 août, "les évènements de masse sont autorisés à l’extérieur moyennant la présentation d’une preuve de vaccination ou d’un test PCR récent négatif".

Mais les modalités sont encore à déterminer.

Les marchés, foires, brocantes et marchés aux puces non professionnels seront, eux, autorisés sans restriction à partir du 1er septembre.

A partir du 1er septembre, l’objectif est de faire disparaître les mesures

Cinémas

Les salles de cinéma seront à nouveau accessibles dès le 9 juin (moyennant des protocoles de ventilation).

Après 6 mois de fermeture, le secteur du cinéma semble satisfait de cette date. Du moins chez UGC. "Le 9 juin est une date que l’on attendait avec une impatience certaine" explique Bruno Plantin-Carrenard, le directeur d’UGC Belgique. Le responsable pense qu’il pourrait être judicieux de repartir sur les bases des protocoles mis en place entre les deux premières vagues (protocoles salués par le monde politique). Aucune précision n’a cependant encore été annoncée par le comité de concertation.


A lire aussi : Coronavirus en Belgique : "Aller au cinéma, ça reste un acte social", affirme le réalisateur Luc Dardenne


 

Festivals

En outre, il est donc décidé que les grands festivals pourraient avoir lieu fin de l’été pour les amateurs ayant subi une première vaccination ou dont le test serait négatif. La date pour le début des (très grandes) festivités de plus de 5000 personnes serait le 13 août. "On pourra aussi se faire tester sur place" a déclaré Jean Jambon, le ministre-président flamand (qui, confie-t-il, aurait voulu que les seuils de participation soient plus élevés).

Un passeport vaccinal (dit aussi "coronapass") sera vraisemblablement d’application dans les prochaines semaines.

Denis Girardi, le directeur artistique du festival des Solidarités à Namur (festival se déroulant fin août), a, lui, déclaré dans notre JT qu’il se limitera à un festival de plus petite capacité (1000/1500 mélomanes), car beaucoup d’artistes ont déjà décidé de laisser tomber les festivals d’été. De plus, les protocoles précédemment proposés, doivent être réinventés.

Du côté du Tomorrowland, en revanche, on se réjouit des annonces de ce mardi 11 mai. L’organisation de Tomorrowland est ravie que de grands festivals en plein air seront possibles à partir du 13 août. "Nous sommes très heureux et reconnaissants d’apprendre que le gouvernement fédéral a défini une perspective réaliste pour l’organisation d’événements majeurs", a déclaré la porte-parole Debby Wilmsen. Tomorrowland a reporté il y a près de deux mois son édition prévue en juillet aux week-ends des 27-29 août et 3-5 septembre, dans l’espoir que la situation sanitaire rendrait cela possible.

"C’est une bonne nouvelle non seulement pour l’organisation, mais aussi pour les plus de 1500 fournisseurs et leurs employés qui contribuent à Tomorrowland", poursuit Debby Wilmsen. "Nous allons maintenant étudier les lignes directrices et les paramètres fixés par le gouvernement, afin de pouvoir communiquer les bons scénarios et instructions. Avec une combinaison de vaccinations et de tests rapides, nous sommes convaincus que nous pouvons faire de Tomorrowland un endroit sûr et un festival que tant de gens attendent avec impatience depuis longtemps. Toutes les mesures et directives sont prises très au sérieux et tous les protocoles seront appliqués".

La fédération des festivals de musique Wallonie Bruxelles (FFMWB) se réjouit d’avoir enfin un calendrier de reprise des activités mais craints pour certains festivals.

"Clairement on va dans la bonne direction", déclare Didier Gosset, représentant de la FFMWB. " C’est vraiment bien qu’on ait enfin des perspectives, mais les mesures annoncées signent l’arrêt de mort de tous les grands festivals cet été, la plupart vont sans doute confirmer leur annulation dans la foulée."

Coronapass : attention à la discrimination

La fédération craint aussi la disparition de certains événements. "Ces annonces arrivent tard, trop tard, beaucoup de festivals ont déjà renoncé à leur édition 2021", déplore Didier Gosset. "En Flandre, il y a un fonds de garantie qui a permis aux festivals comme Tomorrowland de continuer leur organisation sans que ce soit trop risqué, mais nous n’avons pas ça en Fédération Wallonie Bruxelles. Il va y avoir de la casse, c’est certain."

La question se pose également sur l’éventuel problème de discrimination lié au futur coronapass. "Certains festivals ont un public essentiellement constitué de jeunes, comme ils seront vaccinés en dernier ils ne pourront pas avoir le pass corona et ils n’auront donc pas accès à ces festivals qui perdront de ce fait la majorité de leur public", explique Didier Gosset.

Autres événements de grande ampleur

Comme nous l’avons expliqué, à partir du 13 août et jusqu’au 1er septembre (date à laquelle les modalités restent à définir), les événements pourront accueillir jusqu’à 3000 personnes en intéri

Jean-Marc Nollet, le coprésident d’Ecolo, avait plaidé ce matin sur la Première, pour une plus grande réouverture du secteur culturel en juin au plus tard. Retourner au théâtre, au cinéma, c’est "un immense besoin, c’est vital" a-t-il déclaré. Il a aussi appelé "à passer d’une gestion de crise à une gestion du risque".


A lire aussi : Déconfinement : "Au comité de concertation, certains ont soutenu la culture plus que les autres", note Jean-Marc Nollet (Ecolo)


Le Premier ministre Alexander De Croo, le ministre-président flamand Jan Jambon et le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke avaient déjà laissé entendre ce dimanche que l’organisation de grands festivals (tels le Pukkelpop à Hasselt ou Tomorrowland à Boom) pourrait être envisagée à partir du mois d’août.

Le retour à la vie normale peut s’amorcer

"Le retour à la vie normale peut s’amorcer" a, quant à lui, déclaré ce matin Pierre-Yves Jeholet, le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles. "En termes d’évolution pour chaque acteur de la société, c’est un moment important" a déclaré à la sortie du comité Elio Di Rupo, le ministre-président wallon, qui appelle également à la vaccination.


A lire aussi : Grands rassemblements sans débordements : comment faire ?


Ces dernières semaines, de nombreux représentants des secteurs culturels et événementiels ont manifesté leur mécontentement. Après ces annonces, tous ne sont cependant pas rassurés.

"Le secteur culturel subit des conséquences de manière disproportionnée", a réagi mardi Virginie Devaster, une des porte-parole de l’Union de professionnels des arts et de la création – pôle travailleur (UPAC-T), à l’issue du Comité de concertation. "Nous nous retrouvons une nouvelle fois sans perspectives certaines, conditionnées à l’évolution de la situation épidémiologique alors que l’on comptait sur mai et juin pour absorber une partie des spectacles reportés plusieurs fois.

En effet, les réouvertures progressives seront soumises à la situation épidémiologique et l’avancement de la vaccination et les jauges seront progressives. A compter du 9 juin, les événements pourront rassembler jusqu’à 200 personnes en intérieur et 400 en extérieur."Ce nombre absolu n’a pas de sens pour les grandes salles", regrette Virginie Devaster. "Il faudrait plutôt privilégier un 'volume d’occupation'. C’est une méconnaissance de la réalité du secteur que de ne pas en tenir compte", estime la porte-parole. Et d’ajouter, "on est désespéré des politiques et de leur gestion de crise."

Pour faire entendre sa voix, le secteur culturel a entrepris des démarches en justice contre l’État et poursuivra les actions coup de poing entreprises via le collectif Still Standing for culture. Les acteurs de terrain se concerteront prochainement sur les suites à donner au Codeco de mardi.

Côté événementiel

Du côté du secteur événementiel, si on ne saute pas de joie, on estime le comité de concertation est allé "dans le bon sens".

Le plan d’été assouplissant les mesures sanitaires présenté mardi par le Comité de concertation semble "aller dans le bon sens", a réagi Bruno Schaubroeck de l’Alliance Belgian Event Federations, sur la Eén (VRT). Cet organisme rassemble les fédérations de différentes branches du secteur événementiel.

"Dans tous les cas, le plan semble donner une perspective claire à une grande partie du secteur", s’est réjoui Bruno Schaubroeck. Les organisateurs de conférences et salons peuvent ainsi se préparer à un vrai redémarrage après septembre tandis que les secteurs du mariage et de la musique "pourraient être économiquement rentables dès cet été". Et d’ajouter, "il nous reste encore quelques semaines avant de pouvoir redevenir rentables économiquement et entretemps, les chiffres doivent baisser. Mais la couverture vaccinale augmente très rapidement, ce qui est un très bon signe."

Des bonnes nouvelles pour l’événementiel étaient en tout cas nécessaires après 14 mois de fermeture.

K.D.-RTBF avec Agences

Retrouvez l'article original sur RTBF