Accord interprofessionnel 2021-2022 : Pierre-Yves Dermagne propose des augmentations possibles sous conditions

Le gouvernement fédéral a indiqué aux partenaires sociaux, dans un courrier envoyé le 25 février dernier, que des augmentations salariales conjoncturelles ("one-shot") dans les entreprises et/ou secteurs ayant fait des bénéfices pendant la crise du coronavirus pouvaient être envisagées, a annoncé ce mardi le ministre fédéral de l’Economie et de l’Emploi Pierre-Yves Dermagne (PS) en commission Affaires sociales de la Chambre.

Le gouvernement fédéral a indiqué aux partenaires sociaux, dans un courrier envoyé le 25 février dernier, que des augmentations salariales conjoncturelles ("one-shot") dans les entreprises et/ou secteurs ayant fait des bénéfices pendant la crise du coronavirus pouvaient être envisagées, a annoncé ce mardi le ministre fédéral de l’Economie et de l’Emploi Pierre-Yves Dermagne (PS) en commission Affaires sociales de la Chambre.

Le Groupe des dix, qui réunit patronat et syndicats, dispose de deux mois pour conclure un accord interprofessionnel à partir de la publication du rapport du Conseil central de l’Economie intervenu le 14 janvier dernier. En cas d’échec, le gouvernement reprend la main.

Discussions au point mort

Les discussions sont actuellement au point mort, même si elles ne sont pas rompues. Les syndicats contestent la base de la marge salariale de 0,4% pour les deux prochaines années, telle que calculée par le Conseil central de l’économie.

Interrogé en commission de la Chambre, Pierre-Yves Dermagne a assuré poursuivre son rôle de "facilitateur" et multiplier les contacts, dont un encore mardi matin avec le président du Groupe des dix. "Le 25 février dernier, le Premier ministre (Alexander De Croo) et moi-même avons adressé un courrier aux partenaires sociaux. Nous nous sommes engagés à mettre en œuvre par circulaires les accords qu’ils concluraient."

La situation est compliquée et tendue. Mais il reste quelques jours pour tenter de parvenir à un accord

Afin de donner davantage de chances à la négociation, le gouvernement fédéral a indiqué que les partenaires sociaux pouvaient sortir du calcul de la marge le congé de vaccination ainsi que l’accord social sur le télétravail. Il a en outre donné son feu vert à la possibilité d’octroyer des augmentations conjoncturelles ("one-shot") dans les entreprises et/ou secteurs "ayant bien performé malgré la crise".

"La situation est compliquée et tendue. Mais il reste quelques jours pour tenter de parvenir à un accord. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour faciliter la possibilité d’un tel accord", a conclu Pierre-Yves Dermagne.

Belga

Retrouvez l'article original sur RTBF