Berchem-Sainte-Agathe 1082

Tiroir de Lou, l'art du bijou tout en finesse à Bruxelles

La création et la confection de bijoux, c’est le dada de Stéphanie qui se consacre pleinement à sa passion depuis mai 2016. Fins et aériens, les bijoux de Tiroir de Lou racontent tous une histoire.

Quand on demande à Stéphanie quand a débuté sa passion, la réponse fuse : "Toute petite déjà, je faisais des bijoux à mes copines dans la cour de récré et des bracelets brésiliens pour mes amoureux".

Stéphanie est diplômée de l’UCL en journalisme. Elle sera freelance durant 7 ans, puis employée dans la rédaction de Flair pendant 2 ans. Dans le même temps, elle explore son talent en créant une marque de bijoux et un blog, ce qui l’amènera à faire des ventes privées de temps en temps. "A l’époque, les créations étaient plus massives, à base de résine et de perles. C’est le style qu’on pouvait trouver sur les marchés de Noël par exemple. Mes bijoux ont finalement grandi avec moi, au gré de mes styles".

Un atelier installé à Schaerbeek

Son petit business fonctionne bien et, épaulée par son père qui souhaitait avoir une expérience dans l’auto-entrepreneuriat, Stéphanie lance en 2013 la marque "Tiroir de Lou". "Mon papa aime à dire qu’il construit le bateau et que moi, je le pilote. Il est le contenant, je suis le contenu". Et pourquoi le prénom Lou ? "Parce que le nom est court, rond, il y a une dualité féminin-masculin, c’est un prénom que je trouve glamour et qui reflète bien mes créations je trouve".

En mai 2016, et après un succès qui ne fait que grandir, Stéphanie se lance pleinement dans la confection des bijoux Tiroir de Lou. Dans son atelier installé à Schaerbeek, la jeune créatrice a une équipe de 4 personnes autour d’elle : son père, Lydia qui l’aide dans la fabrication des bijoux et deux stagiaires, dont une qui signera un contrat en janvier prochain.

Une autodidacte qui a besoin de se sentir légitime

Les bijoux de Tiroir de Lou sont faits à partir de matériaux récupérés : du plaqué or, du laiton doré, des pierres semi-précieuses… "J’ai une quinzaine de fournisseurs de pièces détachées en Europe. Les pierres viennent d’Inde et les perles d’Italie. Je compose du coup les bijoux en fonction des matériaux que j’ai et que je sélectionne avec minutie".

Mais si Stéphanie est totalement autodidactique sur l’assemblage des bijoux, elle ne se sentait pas légitime dans le métier. "Je voulais être capable de polir, sertir, partir d’une feuille blanche et créer un bijou sans être dépendante du matériau disponible". Elle a du coup pris des cours à Florence, dans une école d’artistes italiens, pour apprendre les techniques de base de la bijouterie classique. Ce nouveau savoir-faire lui a permis de lancer la gamme "Pépites", dans laquelle Stéphanie peut laisser libre cours à son imagination en modelant des pépites d’argent avec ses outils d’orfèvre.

L’importance du fait-main

"Tiroir de Lou a des valeurs, qu’on ne met pas forcément en avant, mais qui sont primordiales pour nous". Il s’agit bien entendu du fait-main, un travail minutieux puisque tout est façonné durant des heures pour atteindre un résultat et une qualité irréprochables. L’autre point est le travail au niveau local : "Nous essayons un maximum de faire appel à des collaborateurs locaux qui utilisent des produits naturels. Ca va de la carte de visite aux boîtes en carton qui renferment le bijou. C’est un peu de la slow bijouterie au final ".

Découvrez vite le site internet de Tiroir de Lou et sa page Facebook pour ne rien manquer des dernières nouveautés !

Vous pouvez retrouver les bijoux de Tiroir de Lou dans une trentaine de magasins en Wallonie et à Bruxelles.

Marine GUIET

Si comme Stéphanie, vous avez du talent, une passion, une idée innovante, partagez votre talent en remplissant le formulaire ci-dessous.

Pour découvrir d'autres personnalités, rendez-vous dans notre dossier "Partage ton talent".