Braine-l'Alleud 1420

Nathan Kempinaire, à la fois gardien de la paix et créateur de mode

Nathan rêve de créer sa propre marque de vêtements depuis qu'il est tout petit. Cet été, son rêve est devenu réalité.

Nathan Kempinaire habite dans la commune d'Hélécine. Le soir, après sa journée de travail en tant que gardien de la paix, il travaille pour son second job: créateur de mode. Cet été, Nathan a investi toutes ses économies pour commercialiser ses premières créations; des robes longues et fleuries entièrement conçues et cousues en Belgique sous le nom de marque "NK". "Je commence par quelques pièces seulement. Ce sont des robes agréables à porter en été qui conviennent à toutes les morphologies."

"Le but de ma marque est de faire prendre conscience que nous devons consommer plus local et plus éthique."

Après quelques mois à travailler dessus, le jeune créateur s’est vite rendu compte que créer sa propre griffe n’est pas simple et que produire en Belgique pour un salaire équitable pour tous n’est pas chose aisée. "Quand on voit des robes qui se vendent à 5 ou 10€/pièce, on se demande vraiment comment c'est possible! Moi j'ai choisi de travailler localement pour avoir un regard sur la production et pour pouvoir faire travailler des couturières dans des conditions correctes" explique Nathan Kempinaire. Le créateur travaille donc sur une gamme de vêtements à base de matériaux de qualité produits dans un atelier namurois où les conditions de travail sont exemplaires.

A côté du volet artistique, Nathan est également très attentif au volet éthique. Il tient à être transparent sur les prix qu'il demande pour ses créations et partage sur son site et ses réseaux tout ce qu'implique la confection d'une seule robe longue: 21€ de tissus, 42€ de confection dans un atelier belge, 7€ d'emballage, 12€ pour les frais du site web, 10€ pour la communication et 2.75 pour l'étiquette. Ce sont les coûts principaux explique le jeune créateur. A cela, il faut encore ajouter l'administratif, les commissions bancaires, la TVA, les réseaux sociaux, les salaires etc. "Voilà toutes les raisons pour lesquelles une confection locale, éthique, faite main et de qualité a un prix. Les partenaires sont correctement rémunérés et la marge ne s'en trouve pas plus grande, voire fortement moindre qu'une grande chaîne qui ne se prive pas d'opter pour du x40 sur certains articles."

Nathan et son atelier sont déjà en train de travailler sur la collection automne-hiver. Les pièces seront disponibles prochainement sur son site internet.

M.J. et TV COM