Habay 6720

Le retour d'un métier oublié: le crieur public

Le confinement a parfois des aspects positifs... Comme le retour de ce métier oublié depuis des dizaines d'années: le crieur public.

Elles s'appellent Christelle et Fabienne et le temps du confinement, elles ont décidé de se reconvertir en facteur de bonnes nouvelles.

Armées d'un parlophone, ellees sillonnent les rues de Abay, Namur ou encore Gembloux. Elles délivrent des messages de particuliers à particuliers. Après de nombreuses semaines passés loin de nos proches, ces petites attentions viennent mettre du baume au coeur. Les personnes qui reçoivent les messages sont d'abord surprises et puis émues.

Christelle Delbroeck est comédienne spécialisée en improvisation. Du jour au lendemain, elle s'est retrouvée sans emploi et depuis le premier mai, elle s'est reconvertie en crieuse publique: "Parce que ce confinement est long, très long. Parce que nos proches nous manquent. Parce que le lien social n'a jamais été aussi important. En tant que comédienne, il me semble bien de me faire le vecteur de ce lien, en attendant de pouvoir travailler."

La comédienne lit des déclarations, chante des chansons, déclame de la poésie ou des textes littéraires. "Je passe des messages d'amour, d'espoir. D'une maman à sa fille, d'une marraine à son filleul..." Christelle a d'ailleurs eu de nombreux messages à faire passer pour la fête des mères. Les rendez-vous sont pris via sa page Facebook et ne se font que sur Gembloux, sa commune.

Fabienne qui fait aussi de l'improvisation, a été inspirée par l'initiative de Christelle et a voulu à son tour se rendre utile durant le confinement.

Une initiative 100% gratuite

"Hello tantine, hello tonton ! Vivement le déconfinement pour goûter la nouvelle cuvée de maitrank autour d'un bon barbecue. Gros bisous", lit Fabienne dans son parlophone. Les neveux et nièces qui ont envoyé ce message n'ont pas déboursé un sou car le service est gratuit!

Du côté de Christelle, le service est également gratuit. "Je ne fais pas payer car je souhaite que tout le monde puisse en profiter, explique Christelle. Certains son gênés et insistent pour payer un petit quelque chose, alors je les invite à faire un don au Collectif Gembloux Hospitalière qui se démène pour nourrir, loger et encadrer des jeunes exilé.e.s abandonné.e.s par le reste du monde."

En plus de délivrer les bonnes nouvelles, ces deux crieuses publiques en profitent pour rencontrer leurs voisins et apporter un peu de sourire dans le quotidien de personnes bien souvent isolées.

Pour faire passer un message sur la commune d'Habay: rendez-vous ici.

Pour faire passer un message sur la commune de Gembloux: rendez-vous ici.

M.J.