Berchem-Sainte-Agathe 1082

Beef TAKE : une application pour acheter directement de la viande chez des éleveurs locaux

L’application Beef TAKE facilite les interactions entre des éleveurs qui vendent des colis de viande, et des citadins qui cherchent à consommer de la viande d’une manière plus responsable et respectueuse de l’environnement.

Beef TAKE se donne l’ambitieuse mission de faire interagir deux mondes pas si éloignés : le monde rural et le monde citadin. " Notre objectif est de remettre du lien, de reconnecter le citadin avec l’élevage. On s’est en effet rendu compte qu’au niveau de la viande, le citadin est complètement déconnecté de la réalité, des méthodes d’élevage, des méthodes de production. " explique Vincent Pautré, fondateur de Beef TAKE.

Au départ, l’application mobile — outil logistique du projet — permet surtout une vente directe : des éleveurs — pour le moment au nombre de 21 — proposent des colis de viande à commander préalablement, puis soit ils accueillent les consommateurs directement à leur ferme, soit ils se rendent à Bruxelles pour la distribution en tenant compte des agendas respectifs. " Les citadins bruxellois n’ont en effet pas toujours de voiture ou la possibilité de se rendre à la ferme. "

Petit à petit, des partenariats ont été ensuite établis avec des magasins et des restaurateurs pour accueillir éleveurs et consommateurs le temps d’une soirée ou d’une rencontre. " On a commencé à créer des événements du style “Mange avec ton éleveur” où chacun a l’occasion de s’enrichir et d’apprendre. Les citadins s’intéressent ainsi à la ruralité, au travail de l’éleveur qui, lui, découvre des modes de consommation citadins comme les allers-venues des livreurs Deliveroo dans le restaurant. " décrit Vincent Pautré. Dans ces événements, la viande de l’éleveur est également cuisinée et goûtée : il peut ainsi se rendre compte de la manière dont les restaurateurs ont pu valoriser ses produits.

A la rencontre des éleveurs !

A la genèse du projet, un amoureux de la " bonne " viande donc. Vincent, originaire de Normandie et petit-fils de boucher, a eu du mal à trouver de la viande de qualité à son arrivée à Bruxelles. "Pour les légumes et pour les fruits, des initiatives et des magasins en vrac se créaient et se multipliaient dans la capitale. Mais en revanche, peu de projets étaient lancés pour la viande. De même, j’avais l’impression que la diversité était un peu limitée en Belgique. " explique-t-il.

Un jour, une rencontre dans une ferme du Hainaut provoque chez Vincent un déclic. " La Blanche Ferme élève des bœufs véritables de race charolaise. Quand je suis passé, la responsable de la ferme, Isabelle, vendait en direct des colis de viande à des clients qui s’arrêtaient. J’ai trouvé ça génial ! " De fil en aiguille, Vincent s’est retrouvé à jouer les livreurs pour ses proches et ses amis. " Je trouvais cela dommage d’être le seul à rencontrer l’éleveuse, alors qu’elle m’instruisait sur l’origine de la viande et sur les conditions de l’élevage. Cette relation de connaissance et d’échange était en réalité pour moi la plus grande richesse, plus que le colis en lui-même. " Après la rencontre avec d’autres éleveurs et la prise de conscience de la grande diversité des élevages dans nos campagnes, il a alors décidé de lancer l’application. " Je voulais mettre en lumière ces éleveurs et permettre à d’autres personnes de profiter de cette richesse. "

Par ce projet, Vincent Pautré souhaite en réalité se situer entre deux extrêmes. " On retrouve en effet d’un côté les pro-viande, les viandards et de l’autre, les anti-viande, les végans. Ils font tous deux beaucoup de bruit au niveau des médias… Quitte à faire de la viande un sujet tabou et sans tenir compte de ceux qui s’alimentent en viande d’une manière raisonnée et raisonnable. " Beef TAKE incarne donc une voie médiane centrée sur le partage et sur le respect de l’animal, de l’éleveur et de l’environnement.

Vers d’autres modes de consommation ?

Le coronavirus a limité une partie de l’activité de Beef TAKE : les rencontres autour de la table d’un restaurant ne sont évidemment plus possibles. Toutefois, la vente directe de colis a été maintenue avec le respect des normes de distanciation physique, par exemple en faisant les distributions devant les devantures des restaurants partenaires.

Puis, pour Vincent, cette période de confinement ne présente pas que des aspects négatifs. " En fait, les gens ont tendance à se reconnecter avec certaines valeurs. On le voit en Belgique : les acteurs du circuit court et de la vente directe ont augmenté fortement leurs services pendant la crise, parce que chacun prenait plus de temps pour cuisiner, pour s’informer, pour se conscientiser, pour prendre le temps de rencontrer des producteurs locaux plutôt que d’aller dans un rayon de grandes surfaces parfois anxiogènes. "

Vincent n’est d’ailleurs pas le seul à s’investir dans Beef TAKE aujourd’hui. " Un élan s’est manifesté dans notre communauté pour participer concrètement à notre projet — en aidant au montage de vidéos promotionnelles ou à la construction du site internet par exemple. Je suis très content de voir cette énergie, parce que nous sommes en train d’évoluer vers un modèle de coopérative ! Nous sommes d’ailleurs en plein processus de recrutement de bénévoles et d’administrateurs. " conclut Vincent.

L’application est gratuitement téléchargeable sur l’Apple Store ou Google Play.

 

Maxime Maillet