Braine-l'Alleud 1420

A l'ASBL Columban, des nouvelles idées ont été mises en place grâce au confinement

Depuis un peu plus d'un mois, l’Espace culturel Columban a ajouté une corde à son arc en diffusant des concerts en live streaming et a repensé son offre culturelle suite à la crise du Covid-19.

Ayant dû annuler toutes ses activités à cause de la crise, l'ASBL Columban s'est assez rapidement retournée afin de trouver une solution pour continuer à partager avec son public. Car Columban, c'est "le bébé de la fondation Médiation, qui est une fondation d'utilité publique. On est mandaté pour animer le lieu socio-culturel. Le but est d'accueillir du public, est de créer des liens et d'éviter le commercial. Chez nous, on met plus en avant l'humain, le partage, la rencontre. Cela permet d'avoir d'autres richesses", commence, Catherine Commerman, directrice et responsable des projets chez Columban.

Depuis 2012 lASBL Columban devient ce qu’elle est aujourd’hui, à savoir un lieu de programmation pour de la musique, du théâtre, de la danse et les Kidsundays qui ont lieu un dimanche par mois. Mais c'est aussi un lieu de résidence, de création et un lieu de location. Le point commun à ces activités, c’est la rencontre et l’échange.

Si tout se passait bien jusqu'au début de l'année, avec la crise du coronavirus, l'ensemble des activités a dû être annulé. Une perte énorme pour l'ASBL, comme nous le confirme la directrice : "tout s'est arrêté vers la mi-mars et on a dû stopper toutes nos activités. Si on a fait du télétravail dans un premier temps, il a rapidement fallu revenir dans l'espace et gérer les différentes annulations. On avait cinq spectacles programmés qui ont été annulés ou reportés. Il a fallu rembourser les gens et revoir l'agenda. Cela a été un peu dur pour Columban d'assurer tout ça. On n'avait plus de recettes et c'est un manque à gagner, parce que de l'autre côté, les coûts continuent."

Un secteur durement touché, mais qui vient avec des idées

On l'entend souvent, le secteur culturel est à bout de souffle. En manque constant de financement, la crise du covid-19 n'a fait qu'accentuer ce phénomène. "On est les grands oubliés de la crise. C'est un secteur à part entière avec beaucoup de travail et d'investissements et je ne comprends pas qu'il n'y ait pas plus d’investissements. C'est très difficile, peu de gens reçoivent l'aide attendue", continue Catherine.

Pourtant, il a fallu tenter de se réinventer pour continuer d'exister. Comme pas mal d'autres secteurs, la culture n'a pas échappé à cette tendance. Columban a eu la chance de pouvoir créer un partenariat avec la Fondation Luxar afin de faire des concerts en live stream: la Fondation possédant tout le matériel dernier cri nécessaire à la réalisation de cette nouvelle idée.

"C'était déjà quelque chose qui était dans les tuyaux depuis quelque temps", nous explique Maxime de Laveleye, régisseur chez Columban. Et d'ajouter : "mais cela s'est fortement accéléré avec le confinement, car on ne pouvait plus faire de spectacle avec du public. On s'est dit pourquoi ne pas amener le spectacle chez les gens. Et comme avec Luxar, on avait la chance d'avoir déjà la structure, ça a facilité la mise en place."

Un premier concert Live stream le 19 juin

L'idée des concerts en streaming live s'est donc lancée le vendredi 19 juin avec le concert de la chanteuse ilia. Un concert qui a enchanté l'artiste qui pourtant n'était pas pour l'idée au début, mais qui très rapidement a changé d'opinion en découvrant les opportunités offertes. "Le livestream j'avais un peu peur à la base, car je me nourris très fort de mon public. Je n'ai pas fait ça pendant le confinement, car je n'y arrivais pas. Par contre, dans la proposition de Colomban, c'était de proposer des caméras et du mouvement. C'est donc vraiment une expérience immersive pour le spectateur et je peux l'inviter dans mon univers et le faire découvrir autrement."

Au-delà des concerts, l'idée est aussi de pérenniser sur le long terme la technologie avec aussi la possibilité d'organiser des vidéoconférences et de pouvoir inviter des formateurs prestigieux qui ne peuvent pas toujours se déplacer.

La suite?

Columban attend avec impatience de retrouver son public, même si ce dernier peut voir les concerts en streaming, l'ASBL innove et essaye de trouver des solutions. "C'est une nouvelle façon de faire, une ouverture que l'on met en place. Ca ne va pas nous empêcher de continuer nos activités, mais ça permet de faire autre chose aussi. Car on sait que notre public nous soutient et en septembre, on espère reprendre normalement", conclu Catherine Commerman.

Plus d'informations :


Reportage : Pierre Lambert

Images : Mathieu Golinvaux