Chièvres 7950

"60 Miles a day", un Belge à vélo sur la mythique "Route 66"

Michel Voros, un ingénieur belge un peu fou et originaire de Limal, a pu réaliser son rêve d'enfance: parcourir la légendaire "Route 66" avec un véhicule de sa création: un vélo solaire.

Il aura fallu près de 5 ans de recherches à Michel Voros avant de mettre au point son vélo solaire avec lequel il a parcouru la légendaire "Route 66" durant 60 jours. "Il y a eu beaucoup d'échecs, de recherches, de solutions trouvées, de joies et de désillusions, ce sont ces éléments qui rendent la recherche exaltante. Je voulais construire un véhicule hors du commun et énergétiquement autosuffisant pour pouvoir faire les 4000 km et le solaire était la seule solution." explique l'ingénieur. Ce périple exceptionnel, Michel Voros l'a réalisé en 2017, âgé alors de 53 ans. En plus du temps consacré à la création de son véhicule original, l'ingénieur a mis trois ans à se préparer physiquement pour relever cet exploit de parcourir 4000 km à vélo en si peu de temps. 

Aujourd'hui, l'ingénieur vous invite à découvrir son voyage et son incroyable défi en vidéo grâce au documentaire "60 Miles a day" réalisé par Mister Emma et Didier Minne. Un tournage qui s'est avéré plus difficile que prévu explique Mister Emma: "C’était compliqué effectivement car nous étions une toute petite équipe. Il n’y a pas eu de repérage préalable. Je peux vous assurer que conduire, faire attention à la circulation, être ingé son tout en écoutant les instructions de Didier et Geoffroy pour que le plan où l’on suit Michel sur son vélo soit fluide et parfait était un défi au quotidien mais je pense que nous y sommes parvenus. "

"60 Miles a day" raconte bien entendu l'exploit physique et technologique de Michel Voros mais dresse aussi un portrait d'une Amérique comme on a peu l'habitude de la voir, bien loin des films américains. "C’était ma première fois aux Etats-Unis et ce fut le choc. Ils sont beaucoup plus pauvres que je ne l'aurais imaginé. Les entrées de ville se ressemblent toutes : un océan de parking avec des chaines de fast food toujours identiques. Les américains s’accommodent finalement à vivre dans une vie formatée par des monopoles." raconte Didier Minne.

En 60 jours, l'ingénieur et son équipe de tournage ont fait toute une série de rencontres: des belles et des moins belles. "Sur toute la Route 66 on a été très bien accueilli, amicalement et avec curiosité. Les gens sont très ouverts et très curieux des nouvelles technologies. Sur les 4000 km, j' ai rencontré des centaines de gens aimables et accueillants, à peine 3 ont été désobligeants dont un que vous voyez dans le film." confie Michel Voros.

Dans le film on peut effectivement découvrir des Américains leur parler de leur vie, de leur quotidien et de leur réalité. Ils sont curieux de découvrir l'étrange véhicule de Michel et ravis de pouvoir échanger avec lui sur son défi fou. Parmi les rencontres qu'il a faites et qui sont présentées dans le film, nous retiendrons tout particulièrement celle de Craig, un américain qui voyage à pieds avec ses deux chiens en portant sa charrette à bout de bras. Son défi à lui était de relier Jacksonville en Floride à Los Angeles! "Je l'ai serré dans mes bras, je suis reparti, j'ai pleuré... mon pote Craig." se souvient Michel Voros. 

Des larmes, Michel en a également versées lorsque son neveu l'a rejoint par surprise pour faire les 600 derniers kilomètres avec lui. "Il était normalement en Nouvelle Zélande. Je ne comprenais rien de ce qui m’arrivait. Il avait pris un avion, loué une voiture et un vélo de course pour faire les 600 derniers kilomètres avec moi jusqu'à Los Angeles. Je me suis effondré en larmes de bonheur."

Et quand on demande à Michel Voros s'il serait prêt à retenter l'aventure, sa réponse est sans équivoque: "Tout de suite, avec grand plaisir... un rêve."

"60 Miles a day" au cinéma

Pour découvrir le film sur grand écran, sachez que "60 Miles a day" sortira en novembre dans le cadre du Mois du Doc. Plusieurs projections sont déjà prévues:

03/11 : Bunker Ciné Théâtre (Saint-Josse – Entrée Gratuite)

16/11 : Plaza Art (Mons)

29/11 : Cinéma Palace (Bruxelles)

30/11 : Le Phare (Uccle – Entrée Gratuite)

02/12 : Imagix (Tournai)

Plusieurs séances devraient suivre l’année prochaine, dans différents Centres Culturels en Wallonie.