Frasnes-lez-Anvaing 7911

Frasnes : bientôt le (pré)RAVeL et commune pilote Wallonie cyclable ?

Daniel Richir, l’échevin de la Mobilité (MR) a dressé les grandes lignes du projet d’aménagement de l’ancienne ligne 86, « l’épine dorsale de Frasnes-lez-Anvaing ».

Daniel Richir, l’échevin de la Mobilité (MR) a dressé les grandes lignes du projet d’aménagement de l’ancienne ligne 86, « l’épine dorsale de Frasnes-lez-Anvaing ». Un pré-RAVeL prendra place entre la limite de Grandmetz-Moustier et la rue des Blancs Arbres. Il a été budgétisé à hauteur de 347 000 € (dont 121 000 € de subsides). « Je suis prudent mais j’ose espérer que ce premier tronçon sera réalisé dans le courant de l’année 2021. La commune supportera les frais sauf la rénovation des ouvrages d’art que le SPW prendra en charge. Nous travaillons par ailleurs en collaboration avec la commune de Leuze. »Un second tronçon, entre la rue des Blancs Arbres et la gare de Frasnes-lez-Buissenal, est quant à lui repris dans le Plan communal de développement rural à hauteur de 404 000 € subsidiés à 80%. Enfin, le tronçon entre la gare de Frasnes-lez-Buissenal et Renaix sera aménagé en RAVeL par le SPW puisqu’il est repris dans le programme RAVeL 2021-2024. Mention « peut mieux faire » pour le dossier Wallonie cyclableFrasnes-lez-Anvaing a répondu à l’appel à projets Communes pilotes Wallonie cyclable. « C’est un projet fantastique pour lequel nous pouvons prétendre jusqu’à 80% de subsides » indique Daniel Richir. « La commune est prisée par les cyclotouristes et nous fourmillons d’idées pour accentuer la promotion du vélo, tant pour le loisir que pour les déplacements. Le but ultime est de faire émerger une culture vélo sur notre territoire. »L’assemblée dans son ensemble abonde dans le sens de l’échevin de la Mobilité, mais une certaine déception est affichée dans les rangs. « La lecture du dossier de candidature nous laisse vraiment sceptiques » exprime Michel Devos, le chef de file socialiste. « Il sonne creux, il n’est rien d’autre qu’un catalogue de bonnes intentions, il est peu ambitieux, peu crédible et peu convaincant sur la réelle volonté de la commune de faire de Frasnes-lez-Anvaing une commune cyclable. Qui plus est, il s’appuie entre autres sur un plan communal de mobilité périmé de longue date (2002). »Marie-Colline Leroy (Ecolo) abonde dans le même sens : « Il y a un tas de projets qui concernent la mobilité mais à présent, nous souhaitons du concret. La première chose à faire, c’est un plan stratégique, pragmatique et organisé. Et pour qu’il soit retenu, le dossier doit être de qualité. Il ne faut pas compter sur les appuis politiques. » De con côté, Michel Delitte (Horizon Citoyen) regrette que « des hommes de terrain n’aient pas été consultés pour l’élaboration de ce projet et qu’il n’y ait pas davantage d’attention apportée à la sécurité des usagers. »Frédérique Thiébaut

Retrouvez l'article original sur notélé