Ellezelles 7890

Quatre communes de Wallonie picarde lancent une expérience pilote pour se partager les fossoyeurs

Ce vendredi matin, une dizaine de fossoyeurs observent la pelleteuse en pleine action, dans ce cimetière de Frasnes-lez-Anvaing.

La machine retire des terres afin d’exhumer un vieux cercueil dont la concession n’a pas été renouvelée. Dans cette équipe, plusieurs ouvriers, comme Pascal Capitte par exemple, viennent d’autres communes : "Je suis fossoyeur à Lessines. On vient de plusieurs villages pour donner un coup de main aux collègues de Frasnes. Et ensuite, eux viendront chez nous".

Frasnes-lez-Anvaing, Ellezelles, Lessines et Comines ont en effet mutualisé leurs équipes de fossoyeurs afin de faciliter et d’accélérer ce travail difficile, confirme Vincent Carton, fossoyeur à Lessines : " C’est un travail qui demande pas mal de main-d’œuvre. Et ce n’est pas un travail facile ! Quand c’est en pleine terre, il faut retirer le cercueil dont le bois est souvent pourri, et il faut ensuite retirer ce qu’il y a dedans. C’est très délicat comme opération !"

Cette idée de mutualisation de fossoyeurs vient de Xavier Deflorenne, Monsieur Cimetières du Service Public de Wallonie. Les communes sont toutes confrontées à une saturation de leurs cimetières parce que les moyens techniques et humains manquent pour enlever les tombes en fin de concession. "Les communes mutualisent déjà leur matériel, alors pourquoi pas le faire avec le personnel, des fossoyeurs qui sont des gens formés à ce type de travail ? Ils peuvent se regrouper à plusieurs, et avancer beaucoup plus rapidement dans un cimetière. En temps normal, on doit fermer l’accès au cimetière pendant parfois plusieurs semaines. Ici, le but est d’exhumer un maximum de corps en une journée."

Dominique Vallez, la directrice générale de Frasnes-lez-Anvaing, se félicite de cette initiative. "L’entité compte 18 cimetières, et nous n’avons que 3 cantonniers pour les gérer ! Ce regroupement de moyens humains et techniques est donc très intéressant pour nous, puisque le travail avance beaucoup plus rapidement".

Une centaine d’exhumations sont prévues dans ces 4 communes pilotes.

 

Christine Borowiak

Retrouvez l'article original sur RTBF