Ath 7800

Les faucons ont pondu 4 oeufs... éclosions ce weekend? (vidéo)

Depuis 1994 et son retour en Belgique, le Faucon pèlerin n’a de cesse de recoloniser son territoire belge duquel il fut exterminé par les pesticides. Initialement présent sur des falaises rocheuses, le Pèlerin a misé sur des sites plus urbains pour effectuer son retour. Des pylônes, des tours de refroidissement, des clochers accueillent désormais l’oiseau le plus rapide du monde. En 2014, c’est sur la ville d’Ath qu’un couple de Faucons pèlerins jette son dévolu et choisit la tour Saint-Julien pour nidifier. L’aigle à deux têtes, emblème de la ville, aurait-il attiré ces faucons ? Peut-être !

Rapidement, un aménagement est effectué dans la tour afin de sécuriser les futures nichées. Le couple dispose alors d’un plus grand espace pour l’élevage des jeunes. Et cela porte ses fruits. Le couple de Pèlerins élève 15 fauconneaux en 4 ans ! Ces bons chiffres montrent que le Pèlerin arrive à trouver suffisamment de proies pour nourrir ses jeunes dans le ciel athois. Un bon signe pour la biodiversité en général.

Cette année encore, la femelle a pondu 4 œufs entre le 1er et le 9 avril

 

Il faut, en effet, deux jours pour que l’œuf soit complètement formé dans le corps de la femelle avant la ponte. Bien sûr, cette notion de temps est soumise à des conditions extérieures comme la condition physique de la femelle, la disponibilité de proies, les conditions météorologiques, …

Ces œufs sont d’une belle couleur rouge brique et pèsent chacun environ 50g. La femelle commence à couver dès la ponte de l’avant-dernier œuf. Cette technique évite d’avoir un trop grand écart d’éclosion entre les fauconneaux. En effet, si elle commençait à couver dès le premier œuf, il y aurait un écart de plus d’une semaine entre l’aîné et le benjamin des fauconneaux. Et dans la nature, un tel écart défavorise les plus jeunes plus chétifs et moins aptes à quémander la nourriture apportée au nid. Ce serait la mort assurée pour ces derniers. Donc, pour mener à bien toute une nichée sans grand écart d’éclosion, la femelle couve dès l’avant-dernier œuf.

Cette période de couvaison durera environ 32 jours. Durant cette période, la température d’incubation est maintenue à 37,7°C, principalement par la femelle, parfois relayée par le mâle. Celui-ci s’occupe surtout de la chasse pour alimenter sa partenaire restée au nid.

Nous attendons donc les premières éclosions pour le week-end du 11 mai.

Retrouvez l'article original sur Commune