Ath 7800

Covid-19 : plusieurs classes fermées dans les écoles communales de l'entité d'Ath

Les écoles communales de l'entité d'Ath sont de plus en plus touchées par la crise sanitaire.

Les écoles communales de l'entité d'Ath sont de plus en plus touchées par la crise sanitaire. Les contaminations dans les écoles augmentent et les absences tant au niveau des élèves que du personnel se multiplient. C'est pourquoi, le bourgmestre, Bruno Lefèbvre et l'échevine de l'enseignement, Jessica Willocq, ont décidé de fermer plusieurs classes successivement à partir de ce mercredi. Une décision qui a été prise en concertation avec les directions d'établissements. « La situation est très difficile, ce n’est pas évident de garder le moral et nous voulons soutenir nos équipes » a précisé le bourgmestre. Ainsi plusieurs classes seront fermées dans les écoles où il devenait impossible, compte tenu de la pénurie d'encadrants, de maintenir l'enseignement de manière structurée. Les classes où les professeurs sont en quarantaine se verront fermées afin d’alléger le poids qui pèsent sur les épaules des équipes éducatives et limiter la propagation du virus.Les classes de l’enseignement communal qui seront fermées dès mercredi : les 5ème B et 6ème ainsi que la classe P2/P3 de l’école Bouton d’or à Bouvignies les 1ère de l’école l’Hirondelle à Isières la classe de P1/P2 à l’école les Lionceaux de Ligne les maternelles de l’école des Pinsons au Faubourg de Bruxelles Les classes de l’enseignement communal qui seront fermées dès jeudi : les 5ème B de l’école la Rûche à Mainvault Les classes de l’enseignement communal qui ferment dès vendredi : les 5ème de l’école l’Hirondelle à Isières Par ailleurs, la fermeture total des écoles de l'entité d'Ath n'est pour l'instant pas à l'ordre du jour. "Fermer les écoles complètement aurait un impact désastreux sur l’apprentissage scolaire mais aussi sur les échanges sociaux nécessaires à l’évolution des enfants de 2,5 à 12 ans. Fermer les écoles impliquerait également d’organiser des garderies pour les écoles de toute l’entité car certains enfants n’ont pas la possibilité de rester avec leurs parents. Il faut dès lors penser à ces enfants : les rassembler en brisant les bulles, ensemble dans un local, n’est pas une solution sanitaire acceptable." a déclaré Bruno Lefèbvre.Amélie Deconninck

Retrouvez l'article original sur notélé