Ath 7800

Ath: au collège ou à l'athénée, les élèves n'oublieront pas leur drôle de rhéto

Leur sixième secondaire avait pourtant bien commencé.

La rhéto: une année phare dans la scolarité de tout élève, notamment au collège Saint-Julien à Ath. Mais le Covid-19 est passé par là. Guillaume, Violette, Matthys, Maeva, Julie et Nicolas ont découvert les joies du confinement, des cours à distances et du retour masqué dans l'école pour la fin de leur année. Une année qu'ils résument par ces mots: époustouflante, drôle, décevante, périlleuse, simple, montagnes russes.

Parmi les hauts, il y a l'ambiance. "On a vécu une belle année. On a partagé des choses, on a déconné... C'était chouette, même si le confinement a écourté tout ça", explique Violette. "Moi, je suis assez déçu", poursuit Matthys. "Parce que je m'amusais déjà bien au début de l'année. Et le meilleur était à venir avec la retraite et toutes les soirées qu'on avait prévues".

Le bal des rhétos, un moment symbolique

Pour Guillaume, le plus grand regret, c'est de ne pas avoir profité des privilèges de cette année charnière. "En rhéto, on a un peu plus de droits, de libertés, on est plus autonomes, en théorie. Mais ça, on n'a pas pu l'expérimenter". Nicolas, président des rhétos du collège, relativise: "Avec le Covid, la fin d'année a été plus reposante. Car rien que pour notre première soirée, j'avais passé trois nuits blanches !" Mais il ne pourra pas faire de discours de fin d'année devant les parents, vu que la cérémonie de proclamation des résultats a été annulée. "C'est dommage. C'est ce que j'avais en tête quand je me suis porté candidat à la présidence..."

Le bal des rhétos, lui, n'est pas annulé, mais sera postposé à septembre. À condition que les règles sanitaires permettent alors sa tenue. Julie, elle, a déjà la sienne. "J'espère que ça aura lieu. C'est pas comme si on avait régulièrement des occasions d'aller à un bal en robe. C'est un moment symbolique". Mais l'événement n'aura peut-être pas la même saveur après les grandes vacances, craint Maeva: "En septembre, certains auront peut-être autre chose à faire. On ne sera plus dans la même ambiance". En tout cas, pas de regret pour elle concernant la robe: "Je l'avais déjà choisie, mais pas encore achetée. Ça m'a fait économiser de l'argent !"

Le match collège-athénée

Parmi les événements supprimés pour cause de coronavirus, il y a aussi un match de foot entre les élèves du collège et de l'athénée royal. "On les aurait battus, de toute façon", plaisante Guillaume. "Statistiquement, c'est vrai que le collège a un avantage, estime Maxime, président des rhétos de l'athénée. Mais je crois que cette année, ça les arrange bien que le match n'ait pas lieu." 

Hormis ce match annulé, Maxime Dury tire un bilan contrasté de son année: "Jusqu'à février, tout s'est bien passé avec nos soirées et la Saint-Nicolas. Et puis ensuite, ça a été le confinement et l'annulation d'énormément d'événements." Comment a-t-il vécu ça comme président du comité des rhétos ? "C'est très frustrant. On aurait voulu pouvoir aller au bout de nos projets. La fin d'année a été gâchée par le Covid: c'est dommage, c'est tombé sur nous, mais on ne peut rien y faire."

Au collège, comme à l'athénée, l'argent récolté pour des voyages finalement annulés reviendra aux élèves qui ont travaillé lors des soirées organisées par les écoles.

Pierre Wuidart

Retrouvez l'article original sur RTBF