Tournai 7500

A quelques jours du lancement du plan grand froid, le covid complique la situation des sans-abri

Ce dimanche 1er novembre, beaucoup de communes lanceront leur Plan Grand Froid, et ce sera forcément dans un contexte particulier, en pleine pandémie de Covid-19.

 Certains abris de nuit ont dû réduire leur capacité d'accueil, pour respecter les distanciations physiques. C'est le cas à Tournai par exemple. 

Du coup, les associations se démènent pour ne laisser personne dans la rue. Pour Quentin Ervin, le président du relais social urbain de Tournai, la période hivernale sera plus compliquée que le confinement au printemps dernier: "On aimerait quand même que certaines personnes qui n'arriveront pas à se débrouiller puissent trouver un lieu chaud pour ne pas mourir en rue cet hiver". Selon lui, la période hivernale crée déjà des condition difficiles, mais le Covid les amplifie, puisque certains services, certains endroits, certains moyens de base ne sont plus accessibles aux démunis.

Il se trouve que les associations sont déjà très sollicitées en ce moment: les SDF n'ont pas de GSM (ou pas de crédit), pas d'internet, elles sont donc souvent sollicitées pour cela, pour apporter du soutien, du lien vers les institutions et mettre en place des conditions de survie, ce qui est déjà épuisant. "On a besoin que les services pensent à ce public et mettent en place les conditions qui assurent la sécurité des travailleurs", ajoute Quentin Ervin.

Les associations tournaisiennes essayent de mettre sur pied un chauffoir avant le 1er décembre pour accueillir les gens qui ne trouveront pas de place à l'abri de nuit.

Denis Vanderbrugge

Retrouvez l'article original sur RTBF