Colfontaine 7340

REstart #Brasseurs - Grâce au confinement, 4 brasseries bruxelloises s'unissent et créent un spiritueux unique

Avec le confinement, plusieurs brasseries bruxelloises ont vu leur stock de fûts de bières stagner. Pour ne pas devoir jeter le précieux breuvage, quatre brasseries bruxelloises ont créé Smells Like Brussels Spirit, le spiritueux qui unit.

Durant la période du Covid-19, de nombreux secteurs ont été touchés. Parmi eux, les brasseurs bruxellois. Le secteur horaca étant fermé, impossible pour eux d'écouler leurs fûts de bière. Et comme le confinement a duré trois mois, une partie de ces fûts ne pouvaient plus être vendus. Plutôt que de jeter une grosse quantité de bières, plusieurs brasseries se sont associées avec la Brussels Distillery afin de créer une eau de bière. 

"Smells like Brussels Spirit", c'est le nom du spiritueux né de cette collaboration entres Brussels Beer Project, En Stoemelings, La Source et No Science qui ont réuni leurs univers respectifs dans une seule bouteille.

 

 

 

"On distille de la vodka et du gin, bientôt du rhum et dernièrement l'eau de bière. On a été contacté par quatre brasseries qui avaient des fûts qui allaient tourner, ne savaient pas quoi en faire et voulaient trouver des débouchés pour les valoriser. Et on a donc fait une collaboration ensemble", nous déclare Alexis Brabant, l'un des deux fondateurs de la Brussels Distillery.

Pour Antoine Dubois, brasseur chez Brussels Beer Project, l'objectif était d'éviter un gaspillage à cause de la crise et du confinement : "ça a été soudain. Du jour au lendemain, on a perdu deux gros canaux de distribution avec l'horeca et les exportations. on s'est retrouvé à ne pas trop savoir quoi faire pour la suite et à potentiellement avoir un trop gros stock de bières. Ce stock qui allait arriver trop proche de leur date de péremption"

Une eau de bière

"Une eau de bière, c'est un spiriteux fait à base de bières. On est parti des fûts qui à la base n'étaient pas faits pour être transformés en spiritueux. On retrouve donc des caractéristiques de la bière, mais aussi des épices rajoutées pendant la distillation", continue Alexis Brabant.

Si depuis quelques années, les brasseurs belges nous ont habitués à sortir des sentiers battus, ici c'est clairement le cas avec ce spiritueux qui titre à 37,5°. "Tout le challenge, c'était de faire une recette qui irait avec 6 bières différentes. En plus lors de la distillation, on a rajouté une série d'épices : la baie de genévrier, l'écorce d'orange, de la coriandre, du poivre de java pour le goût épicé et l'iris qui est l'emblème de Bruxelles. C'était un peu le clin d’œil à ce spiritueux fait de bières de Bruxelles distillé à la distillerie de Bruxelles. Plus bruxellois que ça, on ne pouvait pas faire", rajoute Alexis.

Plus de 1000 litres de bières auront été nécessaires pour la production de seulement 1400 bouteilles. Avis aux amateurs donc, car ici, il s’agit ici d’une édition limitée. Cette eau de bière se situe entre le péket et le gin et est conditionnée en bouteilles de 50 centilitres.

Ensemble pour faire revivre le cœur de Bruxelles

Depuis le 9 juillet, le spiritueux est lancé dans divers cafés de Bruxelles (Au bassin, Barbeton, BBP, Cabaret Mademoiselle, Fontainas, Kfk hope, Mappa mundo, Moeder Lambic Fontainas, Metteko, Monk, Roi des belges, Walvis & Zebra). Chaque établissement a imaginé une recette unique à base du "Smells Like Brussels".

Et si vous ne pouvez pas vous rendre dans les cafés, "Smells like Brussels Spirit" est en vente dans les brasseries et sur leurs e-shops respectifs.

Si seulement quatre brasseries ont participé au projet, une autre initiative collective avec les dix brasseries a aussi été mise en place. "On a créé ensemble les t-shirts "support your local breweries" pour venir en aide à la fois aux petites brasseries et au secteur de l'horeca durant le confinement. C'était une première aussi", nous confirme Antoine Dubois.

Une collaboration innovante qui en appelle d'autres

Avec ces deux projets, on le voit, les collaborations et la solidarité sont de mise entre le secteur des brasseurs de Bruxelles. En s'associant une première fois avec la distillerie, ils ont prouvé qu'il y avait moyen de trouver des solutions à la crise. "C'est vrai que c'est une première pour nous et on espère que ce ne sera pas la dernière tellement l'expérience a été intéressante" rajoute Alexis.

Une expérience aussi jugée positive de l'autre côté. En sortant de leur zone de confort en en lançant des collaborations, cela a permis d'accélérer un processus qui aurait eu lieu dans les années à venir. Et Alexis de parler de cette solidarité : "tout le monde a été enthousiaste. On a pensé à un pas plus loin et maintenant, on pense déjà au prochain projet. Cela présage de futures collaborations dans le but de faire des spiritueux artisanaux et locaux."

Une période intéressante avec un seul mot d'ordre : solidarité. "On s'en sort mieux tous ensemble que chacun dans son coin. On reste ouvert à d'autres collaborations même si le spirit, c'est un one shot. Si l'occasion se représente, on va continuer dans cette direction-là", conclu Antoine.

 

Journaliste: Marion Jaumotte et Pierre Lambert

Images: Pierre Lambert

Tout cet été, Vivre ICI part à la rencontre des acteurs culturels, des producteurs, des pme… qui, a la suite de la crise du coronavirus, ont décidé de pivoter, de se réinventer et sont parvenus à mettre en place des solutions positives et durables pour s’en sortir. Leurs enseignements sont une lueur d’espoir pour leurs secteurs respectifs. Nous avons décidé de partager leur histoire et qui sait, vous inspirer.

Vous avez des idées positives à nous suggérer : contact@vivreici.be

#Restart est un projet en partie financé par le Fonds pour le Journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.