Colfontaine 7340

Nouvel étiquetage des carburants : attention à ne pas se tromper

E5, B7, H2.

.. Voici quelques unes des nouvelles dénominations des carburants. Depuis ce 12 octobre, la quasi totalité des pays européens ont adopté les nouveaux noms ainsi que leurs logos. Le but étant bien entendu d'aider le consommateur à s'y retrouver car il n'y a jamais eu autant d'offres sur le marché.

Ces carburants que l'on ne connait pas (encore)

Il y a quelques années, l'automobiliste avait le choix entre la "Super 98", la "Sans plomb 95", le diesel et éventuellement le gaz liquide LPG. Mais les choses ont changé. Les chiffres "98" et "95", qui renvoyaient à l'indice d'octane de l'essence, n'ont plus lieu d'être. On parle maintenant de pourcentage de biocarburant. L'E5 contient 5 pour cent de bioéthanol quand l'E10 en a le double. Idem pour le B7 : du diesel vendu chez nous qui contient donc 7 pour cent de biocarburant.

Mais d'autres carburants ont fait leur apparition ces dernières années, comme le CNG, le gaz naturel comprimé ou encore le LNG qui est du gaz naturel liquéfié, destiné principalement aux camions. On a par contre moins l'habitude de croiser des pompes à l'E85, cette essence qui contient 85 pour cent d'éthanol. Les Brésiliens en raffolent et les Français s'y sont mis aussi. Il est vrai que malgré une surconsommation, l'avantage financier n'est pas négligeable puisq'un litre d'E85 se vend aux alentours de 60 centimes au delà de la frontière, prix relevé il y a quelques jours.

Beaucoup moins courant pour l'instant, l'H2, c'est à dire l'hydrogène, et surtout le XTL. Ce dernier carburant n'est autre que du diesel de synthèse, fabriqué non plus à partir de pétrole, mais bien de gaz naturel, d'électricité, de biomasse ou même d'huiles végétales. Ses qualités sont supérieures à celles du diesel mais il est toujours en phase de développement.

Peut-on tout utiliser sans danger ?

Dans le cas de l'essence, n'importe quelle voiture moderne accepte aussi bien de l'E5 que de l'E10. Par contre, l'E85 est à réserver aux véhicules spécifiquement adaptés. Certains constructeurs prévoient des modèles compatibles dans leur gamme, mais il est aussi possible de faire monter un kit par des professionnels agréés. Malheureusement, il n'y a pas de norme légale en Belgique pour la mise sur le marché de ce carburant.

Dans le cas du diesel, l'automobiliste belge se contentera du B7, en attendant le futur XTL. Pas question donc de faire le plein avec du B10 (10 pour cent de biocarburant) que l'on trouve dans certains pays, à moins d'avoir vérifié la compatibilité auprès du fabricant. Sans parler du B20 ou du B30, qui existent mais ne sont pas encore commercialisés.

Enfin, il y a peu de risque de se tromper avec les carburants gazeux puisque les pistolets et réservoirs sont bien particuliers et non compatibles. CNG, LPG et H2 sont complétement différents et les automobilistes roulant avec l'une de ces énergies sont généralement bien informés.

Et pour être totalement rassurés, signalons que les stations n'ont pas effacé les anciens logos ni modifié la couleur des pistolets. Mais ne vous y fiez pas si vous vous rendez à l'étranger puisque les couleurs peuvent varier : la meilleure chance de ne pas se tromper est de faire confiance aux nouvelles étiquettes, obligatoires.

Jean-Christophe Willems

Retrouvez l'article original sur RTBF