Colfontaine 7340

Les coffrets cadeaux, des mauvaises surprises pour les commerçants?

" Allo, bonjour, j’ai un coffret cadeau dans lequel vous figurez et je voudrais réserver une table chez vous… ", vous avez sans doute prononcé cette phrase si vous avez reçu un jour un coffret cadeau du type Wonderbox ou Vivabox… Mais il arrive que la réponse de l’interlocuteur la suivante : " Désolé, mais notre restaurant ne travaille plus avec cette société "… Un moment bien-être, un repas pour deux, une escapade de rêve, les dizaines et dizaines d’activités proposées par ces coffrets cadeaux ne font manifestement pas que des heureux.

Un moment bien-être, un repas pour deux, une escapade de rêve, les dizaines et dizaines d’activités proposées par ces coffrets cadeaux ne font manifestement pas que des heureux. C’est le cas de certains partenaires qui du coup décident d’arrêter la collaboration.

Un contrat "win-win" ?

Entre Wonderbox et les partenaires, tout repose sur la signature d’un contrat : pour le commerçant, c’est gratuit de figurer dans un coffret cadeau et en échange Wonderbox ou Vivabox (deux marques qui appartiennent à la même société) " offrent " une visibilité, en distribuant les coffrets dans une série de grandes enseignes, et en prenant évidemment au passage une commission sur la prestation.

Mais voilà certains partenaires estiment ne pas avoir un retour satisfaisant de cette collaboration, comme Géraldine, gérante de l’Institut de Beauté "Secret d’Aphrodite" : "Nous devons déjà casser nos prix pour pouvoir paraître dans le bon cadeau, ils prennent leur commission mais on offre la même qualité de soins qu’un soin à la carte et à côté de ça on met des mois à recevoir notre argent… "

Un partenaire peut mettre fin au contrat quand il veut sur simple envoi recommandé mais comme les coffrets sont valables plus de trois ans, il va donc forcément rester un temps mentionné dans le livret à l’intérieur de la box. Donc si vous êtes en possession d’un chèque cadeau, vous pouvez parfois avoir la surprise de vous entendre dire : "Désolé mais je ne travaille plus avec Vivabox ou Wonderbox…". Il faut donc aller vérifier sur le site internet où la liste est actualisée…

4,40€ pour faire un repas

Dans leur restaurant de Vielsalm, Manu et Mélanie ont aussi décidé d’arrêter la collaboration avec Wonderbox il y a deux ans. Ils se sont livrés à un calcul très précis…

Sur un coffret repas pour deux vendu à 49,90 €, la commission de Wonderbox s’élève à 19,90€. Et Mélanie poursuit son décompte : " Donc il nous reste 30€, et de ces 30€, il faut déduire la TVA de 12%... ". Et en retirant les frais de fonctionnement du restaurant, le budget pour la nourriture à mettre dans l’assiette est plus que restreint : " Il me reste 8,80€ à mettre dans l’assiette pour 2 personnes, soit 4,40€ par personne… Alors que la valeur du coffret est de 49,90€ ". Difficile de s’y retrouver donc pour ce restaurant qui entendait assurer le même service et la même qualité pour les clients " Wonderbox " que pour les autres clients.

Chez Wonderbox, pourtant, le directeur Olivier de Thysebaert met en avant des chiffres plus rassurants: " On a quand même 60% de nos partenaires qui estiment avoir développé leur chiffre d’affaires grâce à Wonderbox ", et en ce qui concerne les ruptures de contrat il relativise, "sur une année 5% de partenaires mettent fin à leur contrat mais dans le même temps il y a 15% de nouveaux venus ".

Jacques Graye

Retrouvez l'article original sur RTBF