Colfontaine 7340

Colfontaine : le PS à la tête de la commune depuis 125 ans

Prospère à l'époque des charbonnages, la commune et ses villages de Pâturages, Wasmes et Warquignies sont aujourd'hui parmi les plus pauvres de Belgique.

Elle est aussi une entité où l'espérance de vie est parmi les plus basses du pays. C'est dire si au niveau local l'enjeu est d'abord social.

Autre record sans doute, cela fait plus de 125 ans ( !) que le Parti Socialiste y détient une majorité absolue. L'ambition du bourgmestre en place, Lucien D'Antonio, c'est bien de rempiler pour un troisième mandat même si cette majorité s'érode peu à peu. Mais il y a de la marge.

En 2012, les socialistes décrochaient en effet  encore 15 des  27 sièges du conseil communal. Le PS préférait alors s'allier avec les 2 conseillers MR. Olivier Mathieu deviendra échevin. Il emmène à nouveau la liste libérale, avec l'objectif de conserver son alliance avec les socialistes.

L’opposition aura fort à faire

Face à cela, on retrouvera l'opposition actuelle mais aussi de nouvelles petites listes. Il y avait en tout 4 listes en 2012, il y en aura 6 cette fois!

Et le principal adversaire du tandem PS-MR, c'est CPlus qui avait décroché 7 sièges la dernière fois. Elle regroupe le cdH, Ecolo, Défi et des citoyens indépendants.

Cette liste CPlus est emmenée par le cdH Lionel Pistone, 26 ans seulement et l'avocate Ecolo Cecile Dascotte, tous les deux conseillers sortants. Il ne sera pas simple de faire vaciller la majorité absolue socialiste, d’autant que leur ex-tête de liste Maria-Mercedes Dominguez figure à présent sur la liste du bourgmestre D’Antonio !.

Il y aura aussi à Colfontaine, une liste Oxygène, du nom de ce nouveau mouvement citoyen qui présente des listes dans plusieurs villes de Wallonie. Olivier Hermand sera la tête de liste et elle sera poussée par Jean-François Hubert, personnalité connue dans la commune pour son action sociale et passé notamment par le PTB.

Le Parti Populaire et La Droite présentent aussi des listes, mais largement incomplètes.

 

Philippe Walkowiak

Retrouvez l'article original sur RTBF