Binche 7130

"View from my window", ce que les confinés aux quatre coins du monde voient de leurs fenêtres

Aujourd'hui, plus de 3 milliards de personnes sont confinées chez elles aux quatre coins de la planète. A quoi ressemble leur quotidien? Que voient-elles depuis leur lieu de confinement? Ils sont des dizaines de milliers à se confier sur le groupe Facebook créé par une belge "View from my window".

Confinée chez elle dans son petit appartement de 27 mètres carrés à Amsterdam, la Belge originaire de Binche Barbara Duriau a créé un groupe Facebook intitulé "View from my window", une véritable fenêtre ouverte sur le monde.

Depuis le 22 mars dernier, les photos affluent par milliers sur le groupe Facebook de Barbara, qui ne s'attendait pas à avoir autant de succès. En 12 jours seulement, plus de 78 000 membres ( à l'heure d'écrire ces lignes) aux 4 coins du monde ont rejoint sa communauté et ont partagé la vue qu'ils ont depuis la fenêtre de leur lieu de confinement. "Ce matin quand je me suis réveillée, il y avait 10.000 nouveaux membres! Le groupe grandit à vue d’œil jour après jour."

Depuis la création du groupe, plus de 10.000 photos ont été partagées, ce qui a engendré plus de 1.2 millions de réactions et d’interactions au total.

Chacune des photos postées sur le groupe est validée par Barbara: "Cela représente une douzaine d'heures de travail par jour."

Barbara est obligée de contrôler les photos pour éviter les débordements. Petit à petit, elle a d'ailleurs dû instaurer des règles sur le groupe. "Je n'accepte que des photos prises depuis une fenêtre. Je ne veux pas d'humains sur les photos Les animaux de compagnie sont tolérés s'ils ne prennent pas toute la place sur la photo. Il s'agit ici de vraiment mettre la vue en avant et rien d'autre."

Une bouffée d'oxygène

C'est depuis son appartement où elle est confinée que Barbara Duriau, graphiste de formation a eu envie de créer ce groupe: "J'adore voyager et je me suis toujours demandé à quoi pouvait ressembler le quotidien des gens aux 4 coins du monde. Aujourd'hui, nous sommes très nombreux à vivre exactement la même chose dans toutes les régions du monde. Ce confinement c'était l'occasion rêvée pour voir comment il est vécu sous la neige en Finlande ou au soleil en Australie" explique Barbara.

" Mon but était de connecter les gens qui sont confinés, seuls, chez eux. Avec une simple photo de vue depuis une fenêtre, je me suis dit qu'on pouvait connecter les gens aux 4 coins du monde."

Barbara Duriau n'en revient toujours pas du succès de son groupe. "Depuis le 22 mars je discute avec des gens aux 4 coins du monde. Je reçois énormément de messages de personnes qui me remercient d'avoir lancé "View from my window". Je crois qu'on peut dire que ce groupe est un vrai anti-dépresseur!"

C'est la première fois que gens du Sud de la France ont l'occasion en un clic d'échanger avec un Texan par exemple. Tous ces internautes ont l'impression d'avoir une famille et de se sentir solidaires. Certains profitent de ces vues pour trouver de l'inspiration pour leurs prochaines destinations de vacances! "Un monsieur de 73 ans m'a écrit pour me dire qu'à son âge il ne sait plus voyager mais qu'il part en excursion tous les jours en regardant les photos sur ma page Facebook", un message qui a ému la créatrice du groupe.

Les coups de coeur de Barbara

Parmi les 10.000 photos postées sur sa plateforme, Barbara nous parle de quelques uns de ses coups de coeur. "La première qui me vient en tête est celle d'un américain qui habite à 20 minutes de la maison blanche. Il a posté une photo du convoi de Donald Trump qui passait dans sa rue. J'ai trouvé cela extraordinaire!"

Parmi les photos qui ont touchées Barbara, il y a aussi celle d'un hublot, envoyée par la femme d'un marin: "Son mari est coincé dans un bateau en pleine mer depuis deux semaines. Elle a donc posté une photo de hublot et une vue qui n'en finit pas sur l'océan."

Des milliers de photos arrivent chaque jour sur le groupe Facebook et Barbara se souvient encore très exactement de celle d'un petit singe à Nairobi qui contraste avec cette autre photo de 3 faons au fond d'un jardin au Canada qui se promènent dans la neige.

Et puis, toutes les autres photos qui la font voyager à des endroits où elle n'a jamais mis les pieds: "Quelqu'un a posté une photo de vue avec le Mont Fuji au Japon. C'était la première fois que je le voyais, j'étais émue."

Des inégalités sociales exacerbées

En regardant les photos de postées sur " View from my window" on se rend compte que la plupart des photos partagées sont idylliques et font rêver. Des villas avec piscine à Miami, un lever du soleil sur la plage au Brésil, des biches dans un immense jardin au Canada... Toutes ces photos de paysages à couper le souffle rappellent, parfois avec violence, que nous n'avons pas tous la chance de vivre le même genre de confinement.

L'expérience de confinement sera bien différente en fonction que l'on se trouve dans une villa 4 façade avec piscine à Los Angeles que si on se trouve à 5 dans un petit appartement avec vue sur un HLM dans la banlieue parisienne.

Une réalité dont Barbara a bien conscience: "Au début c'est vrai que c'était surtout des photos qui faisaient rêver qui étaient postées. La réalité a vite repris le dessus et on voit à présent de tout. J'ai même une dame qui a posté une photo de 'vue sur poubelles' parce que c'est vraiment ce qu'elle voit depuis sa fenêtre."

Les vues dites "banales" sont aussi postées sur ce groupe, des vues dans lesquelles monsieur madame tout le monde se retrouvent explique Barbara Durian. "Les gens viennent sur ce groupe pour rêver et voyager, Facebook met en avant les photos avec les plus de likes et de commentaires donc c'est vrai que ce sont les vues les plus spectaculaires qui sont mises en avant plutôt que les vues banales".

Une future exposition

Quand on lui pose la question de ce qu'elle va faire du groupe une fois le confinement terminé, Barbara Duriau explique qu'elle y a déjà réfléchi: "Je pense le fermer à la fin du confinement mais je ne vais pas totalement arrêter le projet. J'aimerais par contre le transposer sur un site et je pense à monter une exposition nomade avec toutes ces photos et les merveilleux commentaires qui les accompagnent. On m'a aussi parlé d'un livre, l'idée fait son chemin..." Affaire à suivre!

Vous aussi, n'hésitez pas à rejoindre le groupe et partager et échanger avec des des personnes confinées à des milliers de kilomètres d'ici en rejoignant "View from my window".

Marion Jaumotte