Mons 7000

Réservation des kots pour la rentrée à Mons: tendance différente selon les universités

Les universitaires ou futurs universitaires pensent déjà à la rentrée de septembre.

  Notamment en cherchant un kot.  L'UMons dispose de 830 logements en résidence universitaire.  Mais cette année, à l'UMons, on constate un démarrage plus lent que d'habitude.

Par rapport à l'an dernier à la même date, il y a un tiers de moins de demandes pour les logements en résidence universitaire.

À l'UCL Mons, qui dispose elles de 200 kots, là, à l'inverse, les réservations ont été plus nombreuses que d'habitude.

Mais avec la crise sanitaire, cette année est un peu particulière.  Il y a ceux qui se précipitent et puis ceux qui attendent de voir.  Des situations variables que ne s'expliquent pas toujours les universités.

Beaucoup d'interrogations

Les grosses universités d'autres villes connaissent le même phénomène pour les nouveaux inscrits, c'est dû notamment au fait qu'elles accueillent des étudiants étrangers qui ne savent pas encore s'ils pourront venir étudier en Belgique. De manière plus générale, les services sociaux constatent que beaucoup de jeunes et leurs parents ont du mal à se projeter sur la rentrée.  Il n'y a pas eu de vraies journées portes ouvertes. Tout s'est fait par rencontres à distance via internet.

Cela dit, à l'UCL Mons, on a constaté le phénomène inverse. Il y a eu plus de réservations de kots que l'an dernier à la même époque. C'est peut-être lié à un système de visite virtuelle des kots par les locataires actuels. ce système a très bien marché.

Quoi qu'il en soit, les universités conseillent de ne pas traîner pour les démarches. Covid-19 ou pas, les places sont limitées.  Pour l'UMons, c'est à partir d'aujourd'hui que les étudiants actuels peuvent renouveler leur demande de kot universitaires. Avec ces demandes-là, les résidences vont vite se remplir.  Ecoutez ci-dessous l'analyse de Joëlle Tilmant, elle est directrice des affaires universitaires à l'UMons, elle avance quelques explications à ce phénomène.

(Copyright photo : UMons)

Isabelle Palmitessa

Retrouvez l'article original sur RTBF