Mons 7000

Quand Youtube interdit (presque) des étudiants Montois de faire une conférence sur le cyberharcèlement

C’est l’histoire d’une collaboration entre le Musée des sciences de UMons, le groupe genre de l’université ainsi que Soroptimiste. Comme depuis des années des conférences sont organisées par ce premier. Tout d’abord en présentiel, c’est désormais en distanciel qu’elles se déroulent, covid oblige.

La prochaine d’entre elles traitera du cyberharcèlement envers les femmes et doit être diffusée ce mercredi à 20 heures. Une thématique qui n’a pas forcément plu à Youtube qui a décidé de bloquer la vidéo à de nombreuses reprises.

L’intelligence artificielle pose problème

C’est dans un message d’alerte posté sur la page Facebook du MUMONS que les organisateurs ont fait part de leur désarroi. "Vous savez quoi ? Parce que certains sujets sont jugés plus sensibles que d’autres, ils sont boycottés par les grands puissants GAFAM. Notre direct a été viré de YouTube (deux fois !). Notre boost Facebook a lui aussi été supprimé. C’est donc bien galère de parler d’un phénomène pourtant ancré dans les mœurs sur internet : le cyberharcèlement !"

Un discours qui nous a interpellés. YouTube censure-t-il ces étudiants Montois ? Ce n’est pas aussi simple que ça. Et comme l’admet Maxime Duménil, l’un des organisateurs, c’est l’IA ou intelligence artificielle de Youtube qui pose problème.

"C’est vrai qu’on a posté ce message parce qu’on en avait ras-le-bol. On a publié notre vidéo plusieurs fois et elle était tout aussi vite bloquée. Mais après réflexion, on a vite compris que c’était un problème d’IA. Nous avions dans notre titre des mots tels que 'violences', 'femmes' ou 'harcèlement'".

Ce sont d’ailleurs ces termes qui n’ont pas plu au géant américain de la vidéo. Depuis quelque mois, ces réseaux sociaux ont serré la vis en matière de contenus acceptés. C’est à la suite d’évènement comme l’attentat de Christchurch diffusés en live Facebook durant près de 17 minutes que des mesures fortes ont été prises.

"Quand l’IA repère des sujets sensibles comme dans ce cas-ci de la violence, elle se déclare désormais incompétente" ajoute l’organisateur. "Pour éviter tout problème la vidéo est donc bloquée en attendant qu’un humain en vérifie le contenu".

Un processus qui peut s’avérer très long. "Ça fait une semaine qu’on se bat pour diffuser cette vidéo et autant de temps qu’elle est supprimée. On a essayé de les contacter par les moyens normaux, mais c’est impossible de les joindre. Heureusement, des connaissances qui travaillent dans des data centers ont pu nous aider".

Et bonne nouvelle, les organisateurs ont finalement eu raison auprès de YouTube. "Je viens de recevoir un mail précisément à 14h52. YouTube nous indique qu’une vérification, certainement humaine, a été faite et que notre vidéo n’enfreint pas leur charte".

La conférence intitulée "Femmes et violences virtuelles, la peur en ligne" sera donc bel et bien à suivre ce mercredi dès 20 heures.

Théo Defranne

Retrouvez l'article original sur RTBF