Mons 7000

Maison Saint-Paul à Mons : le coronavirus n'a pas eu raison de la solidarité

C’est une tradition, chaque année à pareille époque, la Maison Saint-Paul à Mons organise un grand souper cannelloni afin de récolter des fonds.

Car sans donateurs, cette maison d’accueil pour hommes en difficulté ne pourrait pas accomplir sa mission. Mais en ces temps de pandémie, impossible d’entasser dans une même salle plusieurs centaines de personnes pour une grande soirée. Au lieu de renoncer, les responsables de Saint-Paul ont décidé de faire ce qui est autorisé : un événement culturel permettant de garder les distances de sécurité et une formule de repas solidaire "à emporter".

Tout ce week-end de septembre, c’est donc la visite d’une exposition qui était proposée aux amis de la maison Saint-Paul. Des gouaches réalisées par l’artiste montois Gérard Noirfalise. "Tout au long du confinement, nous avions vu les magnifiques dessins que Gérard affichait sur sa page Facebook, raconte Lucie Mahieu, une des responsables de la maison d’accueil. Ces dessins représentaient des vues de Mons, les rues désertes, la ville confinée… ".

Les commentaires étaient nombreux et tous réclamaient une exposition de ces œuvres "et c’est là que je me suis dit que nous pourrions organiser une expo plutôt que de faire un souper". Patrick Marlière, le directeur de l'asbl a alors eu cette autre idée : combiner la visite de l’expo avec la possibilité d’emporter les traditionnels plats de cannelloni. Une formule qui a remporté un grand succès : plus de 400 repas commandés, le double de ce qui a été vendu l’an dernier.

Pour les résidents de la Maison Saint-Paul, ce soutien malgré la crise est plutôt encourageant. Corian, 23 ans vit ici avec son frère. Après avoir connu la rue, il remonte la pente peu à peu. Il a trouvé un job et espère s’installer bientôt dans un logement. "On est là pour s’en sortir, ça fait donc toujours plaisir d’avoir l’aide de quelqu’un".

L’an dernier, la Maison Saint-Paul a aidé une cinquantaine de personnes à retrouver un vrai logement.

Isabelle Palmitessa

Retrouvez l'article original sur RTBF