Mons 7000

Lutte contre les inondations: la ville de Mons prévoit des aménagements de voirie sur trois zones agricoles

En 2018, de fortes précipitations avaient provoqué des inondations qui avaient occasionné de nombreux dégâts en divers endroits de la région montoise.

  Suite aux dommages constatés, l’Echevin des Travaux, Stéphane Bernard (PS), et l’échevine en charge de l’agriculture, Marie Meunier (PS), avaient chargé la cellule GISER (Gestion Intégrée Sol, Erosion et Ruissellement) du SPW d’enquêter sur deux bassins versants situés à Havré et à Saint-Symphorien.

Après avoir pris connaissance des résultats de l’enquête, le Collège communal de la Ville a décidé de planifier des aménagements de voiries pour diminuer de manière plus efficace l’impact des pluies abondantes, notamment dans les zones agricoles. Des aménagements qui font partie d’un plan global de lutte contre les inondations.

Les aménagements prévus

Des aménagements sont d’abord prévus à la rue du Boussoit à Havré où il y aura sciage et remise à niveau de l'accès à la station de relevage (IDEA), placement d'un caniveau reprenant les eaux, pose d’une nouvelle bordure au niveau de l'habitation voisine, installation d'une butte-barrage en béton dans l'entrée du champ, d’un nouvel avaloir dans la partie amont et remise à gabarit des fossés en amont du bassin versant.

Autre localisation, l’Avenue Benoite à Havré où une remise à niveau de la voirie est prévue ainsi que l’implantation de nouveaux filets d'eau et d'avaloirs et le placement d'un nouveau revêtement en hydrocarboné.

Enfin, un nouveau revêtement hydrocarboné va également être installé dans les rues Atheunis et Dufour à Saint-Symphorien où deux égouts parallèlement à l'existant vont être posés.  Il va également y avoir l’implantation de nouveaux filets d'eau, bordures et avaloirs ainsi qu' un curage et une remise à gabarit du fossé existant longeant vers le Sud.

La ville de Mons indique que le bureau d’étude voiries planifie actuellement ces aménagements en concertation avec les agriculteurs concernés étant donné que ces derniers vont devoir consentir à la présence d'équipes d'intervention pour des travaux importants sur des terres qu’ils doivent continuer à exploiter.

 

Vincent Clérin

Retrouvez l'article original sur RTBF