Daverdisse 6929

Inondations : des dizaines de bénévoles préparent chaque jour des milliers de repas à Liège Atlas

Depuis le 20 juillet, de très nombreux bénévoles préparent des repas à l’Athénée royal Liège Atlas. Des repas pour les victimes des inondations. Les cuisines de l’établissement sont devenues un véritable centre névralgique pour réceptionner les dons, les cuisiner et les redistribuer.

Chaque jour, ils sont jusqu’à 160 bénévoles à s’activer pour préparer une moyenne de 8000 repas. Parmi eux, Micheline Culot : "Nous avons cuit une quarantaine de kilos de pâtes. Nous désossons des cuisses de poulet pour faire également des salades ou des repas chauds. Ici, c’est magnifique. Nous allions la solidarité et le plaisir de cuisiner", explique-t-elle.


►►► La Croix Rouge promet toute la transparence sur les 30 millions d'euros de dons pour les victimes des inondations


Depuis le départ, le nombre de bénévoles et de dons n’a pas cessé d’augmenter alors forcément, ça demande une bonne coordination, assurée notamment par Charlotte Depierreux : "Il faut gérer toutes les initiatives de tout le monde. Il faut gérer les bénévoles. Il faut gérer les dons. On dort peu. A partir de 4 heures c’est déjà réparateur donc c’est déjà bien", détaille-t-elle en souriant.

La disponibilité nécessaire est telle que certains responsables de l’organisation ont même décidé de dormir sur place. C’est le cas de Sébastien Massin : "On dort depuis quatre jours sur site. On a des livraisons qui arrivent de Flandre ou de France à 6h30 ou 7 heures du matin donc il faut quelqu’un sur place. Les grilles ouvrent normalement à 9h30 le matin mais dès 8h30 il y a déjà une cinquantaine de bénévoles qui attendent qu’on leur ouvre donc on est un peu obligé de rester sur site pour l’instant", confirme le bénévole.

Le 13 août prochain, cette organisation devra déménager car l’école doit reprendre possession de ses locaux. Pour aller où ? C’est le point d’interrogation.

Sur le même sujet:

JT du 04/08/2021

Olivier Thunus / Benjamin Verpoorten

Retrouvez l'article original sur RTBF