Bouillon 6831

Degeimbre: "On ne voit pas aujourd'hui nécessairement les producteurs qu'on peut avoir près de chez soi"

Le chef doublement étoilé revient sur la nécessité d'oser aller voir le producteur proche de chez soi.

Revenu du Pérou où il a rencontré des familles de producteurs de la région de Huánuco dans le cadre de la 50e campagne des Iles de Paix, Sang Hoon Degeimbre voit l'année 2020 comme une année où il faut aller plus loin en terme d'utilisation du produit et d'expérience culinaire. Une expérience à vivre tant au restaurant que chez soi. 

"Aujourd'hui, on est dans une dimension où la restauration comme on l’a fait actuellement, n’est pas du domaine de la nécessité. Quand vous allez au restaurant, il ne faut plus juste aller manger, il faut vivre une expérience complète", déclare le chef. 

Une expérience qui sera donc revue au restaurant du côté de Liernu. Car avec un potager de cinq hectares, il y a de quoi : "On veut offrir une expérience à l’Air du Temps. On veut passer à une dimension supérieure. C'est dommage que les gens soient cantonnés à leur table. On va faire vivre une expérience complète dans l’espace qu’on a et ouvrir le rideau sur les coulisses de l’Air du Temps", poursuit Degeimbre.

Aller plus loin dans l'expérience au restaurant, mais aussi à la maison

Si bien évidemment, aller au restaurant, c'est une expérience, le chef prône pour que les gens se laissent à aller voir les petits producteurs locaux qui sont près de chez soi. "On ne voit pas aujourd’hui nécessairement les producteurs qu’on peut avoir pas loin de notre maison. Et avec le mouvement mis en place via génération W (ici, le but est de faire découvrir le noyau culinaire wallon et ses producteurs), on sent qu’il y a un autre réflexe. Les gens vont de plus en plus aller voir un marché bio ou les producteurs et prospecter. C’est dans cet esprit-là qu’il faut aller, avoir la curiosité d’aller voir ce qu’il se passe à côté", conclu Hang Soon Degeimbre.