Bouillon 6831

Baudour : sur les traces d'Antoine, finaliste The Voice France : "Un grand bosseur, toujours à la recherche du meilleur"

Antoine Délie, habitant de Baudour, sera-t-il le grand gagnant de The Voice France ? Le jeune homme fait en tout cas partie des 4 candidats finalistes.

Une finale programmée ce samedi soir, qui sera suivie avec attention par ses anciens profs de l’académie de musique de Baudour.

C’est en effet là qu’Antoine Délie a fait ses premiers pas dans la musique. Charlotte Duynslaeger lui a donné cours de solfège, quand il était haut comme trois pommes. "C'était un élève qui pouvait faire le clown, mais qui était également très sérieux, très appliqué. Et ce qui m'a marqué c'est quand il m'a expliqué, vers l'âge de 10 ans, qu'il devait faire un travail pour l'école. Il avait choisi Edith Piaf. Vous vous rendez compte? Il avait déjà quelque chose de particulier! Et non seulement il avait fait ce travail, mais il chantait du Edith Piaf, et très bien!" La directrice de l'académie, Murielle Polomé, a fait des fouilles dans ses archives. Elle a retrouvé des photos d’époque. "Sur celle-ci, il doit avoir 8 ans, il joue du tambourin. Là il est sur scène, avec sa professeure de piano", nous montre-t-elle. Elle a même retrouvé les derniers points d'examens de l’artiste. "C’est toujours entre 88 et un peu plus de 90%. Il était plus que travailleur, vraiment pointilleux, tout le temps à la recherche du meilleur. Et ça l'a servi, quand on voit le parcours qu'il a!"

"A la virgule près !"

Ce côté pointilleux, investi, a aussi marqué Véronique Delattre. Elle a enseigné les arts de la parole à Antoine. Elle se souvient de sa prestation dans un monologue de "Roméo et Juliette" de Shakespeare. Un texte très difficile, très long, mémorisé en une semaine top chrono. "Je n’avais strictement rien à dire. C’était à la virgule près, avec les respirations… Tout y était. Et comme à son habitude il n'avait pas choisi la facilité, mais le texte d'époque. Pas son adaptation."

Antoine Délie parlait déjà à l’époque de faire de la scène. "Il appréciait beaucoup les comédies musicales, comme Mozart Opéra Rock. Il voulait chanter."

L'académie de Baudour, éleveuse de champions?

Antoine n’est pas le premier "ancien" de l’académie de Baudour à percer. Parmi les plus célèbres : l’actrice Emilie Dequenne, consacrée par une Palme d'Or à Cannes. " Nous avons eu d'autres anciens élèves, qui ont passé des concours, qui ont sorti des disques, obtenu des récompenses. Robin Guérit, Joke Leloup ont bien réussi à The Voice Belgique. Au niveau du jazz, Jean Paul Estiévenart vient de recevoir un Octave de la musique. Lorenzo Di Maio fait aussi un superbe parcours en jazz, c'est une immense fierté ", souligne Murielle Polomé. 

Une forme de reconnaissance aussi pour tout ce travail préparatoire, dans l’ombre des académies. "On apporte notre petite patte. On fait de notre mieux, pour les faire évoluer", conclut Véronique Delattre. "Mais ce sont surtout les élèves qui ont du talent. Sans talent, on ne peut rien faire!"

Charlotte Legrand avec Denis Vanderbrugge

Retrouvez l'article original sur RTBF