Florenville 6820

La bière en canette, plus qu'une simple alternative à la bouteille dans les brasseries belge

De plus en plus présentes en magasins et dans les brasseries belges, les préjugés sur la canette de bière sont en train de disparaitre.

La canette. Ce mythe de la bière pas cher et pas bonne est aujourd'hui heureusement plus à l'ordre du jour. Pourtant, la première chose qui vient à l'esprit quand on prend une canette de bière, c'est la question du goût. Bien souvent, on pense qu'il n'est pas le même selon le contenant. Mais la bière, qu’elle soit en bouteille ou en canette, il faut la boire dans un verre. Il n’y a pas de différence de goût.

Cette question du goût a d'ailleurs déjà été résolue dans un article de la RTBF : "Pour Guy Derdelinckx, conseiller scientifique de grandes et petites brasseries : Les bières en bouteille et en canette sont identiques. La raison est simple : lorsqu'on produit la bière, on ne sait pas au départ si on va la mettre en bouteille ou en canette."

La seule chose qui change entre les deux contenants, c'est la sensation. En fonction de la quantité de CO2 (gaz carbonique) que la bière contient, la sensation de rafraîchissement est différente. Et de ce côté-là, c'est la bouteille qui prend le dessus sur la canette. Car lors de l'embouteillage, il y a moins de CO2 qui s'échappe de la bouteille.  

La canette, en croissance dans les microbrasseries

Au-delà de l'aspect gustatif qui ne change donc pas, la canette refait surface et prend même de l'ampleur ces derniers temps. Si elle est déjà présente depuis de nombreuses années chez les grandes marques, la canette de bière connait un succès grandissant dans les plus petites brasseries belge. Alors, pourquoi ce revirement de situation?

La raison principale, c'est que "la canette est meilleure pour la conservation du précieux breuvage. La lumière, c'est le pire ennemi de la bière. Chez nous, la canette sert pour nos bières spéciales. Maintenant, on fait des canettes premium, donc ce n'est pas à la portée de tout le monde (2,70 euros)", commence Nicolas Declercq, directeur de la Brasserie Léopold 7.

Du côté de la Brasserie de l'Hermitage à Bruxelles, la canette a été utilisée à cause de la crise du coronavirus comme nous l'explique François Simon, un des trois fondateurs : "Il nous restait plus ou moins 9000 litres dans des fûts et ne sachant pas trop vers quoi on allait, on a trouvé cette solution. Une société est venu faire la mise en canette chez nous. Et c'est vrai que la canette est bien comme système, même si à la base quand on a créé la brasserie, on a investit dans une embouteilleuse qui permet de faire plusieurs formats. A l'époque, on n'a pas été vers la canette car il y avait un produit nocif contenu dedans. Produit qui a été entre-temps enlevé. On pense à y passer, car en plus de gagner en vitesse de production, car chez nous, il n'y a pas de refermentation, on gagne aussi en place et en poids."

La canette, meilleure que la bouteille?

Actuellement, une machine pour mettre en canette prend moins de place et coûte moins cher qu'une embouteilleuse. Il existe même des entreprises qui se sont développé là-dedans et qui viennent avec leur camion dans les microbrasserie lors de la mise en canette.

Mais il est vrai que la canette souffre en Belgique d'un manque de reconnaissance comme nous le confirme François Simon : "Quand on pense à la canette, on y voit surtout une connotation Jupiler/Maes. Et la canette souffre de ça, de l'imaginaire collectif. Aujourd'hui, en Belgique, on imagine mal un barman nous ouvrir une canette. Pourtant, quand on y pense, il y a un côté jouissif à la canette. Elle sort fraîche et elle est plus simple à transporter. Quand on y a goûté, il n'y a pas de raison de ne pas en utiliser."

On voit donc que ce contenant métallique propose des avantages que n'a pas la bouteille. Tant le stockage, que le transport sont plus facile. La canette prend moins de place et pèse moins qu'une bouteille en verre. Mais la canette est aussi plus facile à refroidir et conserve mieux la bière. Le défaut du verre, c'est donc le fait qu'il n'est pas entièrement opaque et qu'il laisse rentrer de la lumière qui va altérer le contenu. La canette permet une meilleure conservation.

A contrario, la canette a aussi quelques défauts. La refermentation et le vieillissement en bouteille peuvent se faire, alors que cela n'est pas possible en canette. Et puis, il y a aussi le cas du réchauffement express : les changements de température sont plus fréquents et maltraite le produit.

La canette, une alternative durable ?

Au-delà de l'aspect pratique du contentant, il est aussi intéressant de voir si la canette est une meilleure alternative écologique que la bouteille en verre. Et ici l'affaire se corse, car actuellement, il n'y a pas de donnée précise. C'est d'ailleurs un gros débat et il faut bien nuancer et faire attention. Si les bouteilles en verre sont plus lourdes et prennent plus de place qu'une canette, il est cependant difficile de les comparer d'un point de vue environnemental.

Quelques études ont tenté d'en savoir plus. Notamment au Canada, où une étude montre qu'au niveau environnemental, les contenants en verre à remplissage multiple génèrent moins de dommages sur la santé humaine, le changement climatique et les ressources que les contenants à remplissage unique. Mais c'est à peu près tout ce que l'on peut trouver.

Nicolas Declercq donne lui aussi son avis : "La canette est une alternative durable. La bouteille a une empreinte écologique sur un rayon assez court. Son empreinte carbone est positive sur un rayon de plus ou moins 150km. Mais quand on va plus loin, la canette est la solution. Elle est également aujourd'hui 100% recyclable. Et puis, on peut par exemple mettre trois fois plus de canettes sur une palette que de bouteilles. Et comme il n'y a pas de retour, c'est bénéfique."

Si pas de consigne alors la canette est meilleure

En acier ou en aluminium, elle présente un atout indéniable sur le plan environnemental : elle est recyclable à l’infini et le cycle de recyclage est plus court que la bouteille. En moins de 60 jours après sa mise à la poubelle, le recyclage peut donner naissance à de nouveaux produits. Et plus une canette a été recyclée, moins son impact environnemental est fort.

Si, par malheur, la canette était jetée dans la nature, elle mettrait 200 à 500 ans au maximum pour se dégrader, contre 4.000 ans pour la bouteille.

Du côté de la Région wallonne, les chiffres sont aussi difficiles à avoir. Chaque année, la Région wallonne débourse près de 85 millions d'euros pour ramasser les détritus et les dépôts sauvages. Pour diminuer le coût de ce nettoyage, la consignation des canettes en aluminium et des bouteilles en plastique est une solution régulièrement évoquée. Une mesure qui fonctionne dans plusieurs pays européens, mais qui est toujours bloquée à l'état de test chez nous.

Chez Fost Plus, les chiffres sur le recyclage des canettes sont difficiles à trouver. "En 2019 nous avons collecté 26 kT d’aluminium. Il n’est pas possible de faire la distinction par source de provenance de l’aluminium, et dès lors non plus de faire la comparaison", nous déclare la porte-parole du groupe. "On coordonne et finance la collecte, du tri et du recyclage des emballages de produits ménagers, inclus la collecte en porte-à-porte de PMC via le sac bleu. Les canettes font partie du PMC. Fost Plus collecte actuellement en moyenne 15kg de PMC par habitant par an. Pour les villes et communes qui utilisent déjà le nouveau sac bleu – 4 millions de Belges déjà - ce chiffre augmente jusqu’à 19kg de PMC par personne (pour 2019). Les canettes collectés sont broyées et purifiées pour obtenir une nouvelle matière première, prête à être fondue à nouveau.

Les Belges ont pris la bonne habitude de trier correctement les déchets d’emballages à la maison. Par contre - en dehors ce temps de confinement actuel - nous passons de plus en plus de temps en dehors de chez nous. Le tri en dehors de domicile est alors une immense opportunité de capter et recycler encore plus d’emballages qui rejoignent les déchets résiduels à l’heure actuelle. Fost Plus s’est mis alors comme objectif de doubler les quantités de PMC collectées en dehors du domicile. Pour cela, nous misons fortement sur des projets de tri au lieu de travail, dans les clubs de sports, sur les événements et autres."

La canette, le contenu du futur?

Pour Nicolas Declercq : "Je crois que c'est un des futurs. Mais la Belgique sera un des derniers pays à passer à la canette, car on est encore trop attaché à la bouteille. On commence seulement à avoir des canettes. La base de fabrication est polluante (l'extraction de la boxite est polluant), donc la matière première est polluante. Mais à partir de trois recyclages, son empreinte carbone est meilleure que la bouteille. Recycler le verre, c'est très énergivore. Il faut donc voir jusqu'où le point d’inflexion est intéressant. Et il faut aussi savoir que les canettes que l'on utilise à la brasserie, ce sont des boites qui sont généralement dans la deuxième phase de recyclage."

On le voit, pour le moment, il n'y a pas encore un contenant qui prend le dessus sur l'autre en terme écologique. Et puis, en canette ou en bouteille, le plus important finalement, c'est ce qu'elles contiennent. Les contenants ont tous les deux leurs points positifs et négatifs, mais cela dépendra simplement de ce que vous voudrez faire de votre bière. Il faut aussi bien avoir à l'esprit que la bière se déguste de toute façon mieux dans un verre.

 

Pierre Lambert