Aubange 6790

La précarité en Wallonie s'accroit selon un nouvel indicateur

De 1999 à 2015, la précarité aurait fait un bon de plus de 20% en Wallonie. Ce sursaut serait de 6,6% si l'on compte depuis l'année 2008.

C'est en tout cas ce que démontre l'indicateur de précarité socioéconomique pour la Wallonie que révèle l'Institut pour un Développement Durable.

Pourquoi donc un nouvel indicateur? L'indicateur européen de risque de pauvreté existe déjà et serait d'ailleurs le plus utilisé aujourd'hui. Mais selon l'IDD celui-ci serait "de moins en moins pertinent et ne semblerait plus correspondre au vécu sur le terrain et à d'autres observations. La quasi-stabilité du taux de risque de pauvreté depuis plus de dix ans apparaît ainsi en décalage par rapport aux données de fréquentation de nombreux services sociaux et aux contenus des témoignages". 

La génération entre 50 et 64 ans est la plus vulnérable

L'indicateur est dit "composite". Il prend en compte deux indicateurs de précarité sociodémographique (la proportion de personnes vivant seules et la proportion de parents seuls) et quatre indicateurs socioéconomiques (proportion de demandeurs d'emploi inoccupés, de bénéficiaires du revenu d'intégration, d'invalides, de travailleurs à durée déterminée).

L'évolution de la courbe est particulièrement importante chez les hommes entre 50 et 64 ans. Les mères seules avec enfants sont aussi des groupes à risque où le basculement vers l'endettement est le plus fréquent.

Laurent Van de Berg

Retrouvez l'article original sur RTBF