Aubange 6790

Il y a 40 ans: la fusion des communes... sauf à Bruxelles

C’était il y a 40 ans. La Belgique connaissait l’un de ses plus grands bouleversements politiques : la fusion des communes. Le 1er janvier 1977, on passe, du jour au lendemain, d’environ 2400 communes à moins de 600. Seules la Flandre et la Wallonie...

C’était il y a 40 ans. La Belgique connaissait l’un de ses plus grands bouleversements politiques : la fusion des communes. Le 1er janvier 1977, on passe, du jour au lendemain, d’environ 2400 communes à moins de 600. Seules la Flandre et la Wallonie sont concernées, les 19 communes de Bruxelles sont parvenues à se maintenir. C’est toujours le cas 40 ans plus tard, même si le débat sur la fusion des communes bruxelloises revient de temps à autre. C’est le ministre de l’Intérieur de l’époque, Joseph Michel (PSC), qui avait porté cette réforme et il avait donc échoué à convaincre les Bruxellois.

" J’avais l’intention de ramener Bruxelles à des proportions plus équilibrées pour avoir 9 ou 10 communes puissantes face à l’agglomération générale " se souvenait Joseph Michel, disparu en juin 2016, qui explique que, face à la Région bruxelloise, il fallait " le contrepoids de communes très puissantes et très prospères ".

" Le moment n’est pas encore venu "

L’homme qui a empêché ce projet n’est autre, pour Joseph Michel, que Paul Vanden Boeynants, également PSC : " C’est très simple. C’est surtout l’ensemble des ministres qui étaient issus de Bruxelles et le principal opposant était Vanden Boeynants. J’ai présenté, quand j’étais ministre, 2 à 3 propositions de Bruxelles, et à chaque fois VDB, me disait 'Joseph, ton plan de fusion de Bruxelles est impeccable, il est concret mais le moment n’est pas encore venu'. Ça été son seul argument. Et le gouvernement ne voulait pas de difficultés".

Jean-Claude Verset

Retrouvez l'article original sur RTBF